Luberon 2007 #3: Cités imaginaires

Quand j’étais petit, j’avais le vertige en regardant les fourmis.

Je me disais que si j’étais une fourmi, j’aurais eu très peur de ces humains géants qui ne cessaient de leur marcher dessus.

Aujourd’hui, je me dis que si j’avais été un papillon, j’aurais volontiers élu domicile dans ces jolies fleurs sauvages, aux profils fantastiques.

dsc_3054.1178902424.jpg

Très bon ouikende à toutes et à tous, même s’il sera un peu plUUvieux…

Be cool, be open.

UU

4 commentaires sur “Luberon 2007 #3: Cités imaginaires

  1. « Quand j’étais petit », je n’étais pas grand
    J’aimais les fourmis, c’était bien charmant…

    Tiens, je me saisis la première de l’occaz’ de monter une collection de papillons pour ChoUUpi : vous connaissez le papillon-souci ?

    Lien hypertexte

    Et un papillon pour ChoUUpi, un!

    Et plein de bisous qui volètent, dans les soucis ou sans…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s