Meilleurs Mots lUUs #25 et #26: Sweet Mary et UU [Ze End of Meilleurs Mots lUUs 2006]

Le Concours 2006 des Meilleurs Mots lUUs prend fin !

Enfin, diront certains ! C’est que les Meilleurs Mots lUUs de cette année ont remporté un franc succès populaire : 26 contributions, d’un niveau particulièrement élevé cette année. Comme un cadeau de Noël pour mon blog ;o).

Ah cette saison si particulière des fêtes de fin d’année…

Réjouissance pour les uns, moment de désoeuvrement total pour les autres.

Tiens parlant de désoeuvrement et de misère… Ne dit-on pas que la prostitution est le plus vieux métier du monde ?

Ce hasard qui n’en est pas un [j’arrête de vous faire un dessin] a fait choisir de manière totalement indépendante nos textes à douce Marie et moi.

Et c’est ce thème [grave] qui en est le fil rouge, étrangement.

Etrange fin de concours des Meilleurs Mots lUUs…

Etrange fin d’année.

Merci encore infiniment à toutes et à tous pour vos textes, vos commentaires, votre enthousiasme pour la chose écrite !

Publication des résultats officiels pour le prix du BloGoncourt lundi 18 décembre 2007.

Teasing: Discours de clôture par Breizhette [sauf indisgestion d’huîtres de Cancale entretemps ;o)] pour l’annonce du BloGoncourt 2006…

Entretemps, j’ai créé une boîte à émiles anonyme pour l’envoi de votre vote popUUlaire pour le Grand Prix du pUUblic 2006 [TOUT LE MONDE peut participer à ce vote par émile, à condition de n’y participer qu’une seule fois. Mais plusieurs choix de textes possibles !]:

meilleursmotsluus2006@yahoo.fr

Mentionnez uniquement dans le sujet de votre émile: le ou les numéros de vos Meilleurs Mots lUUs préférés et le nom de vos chouchous.

Par exemple: « Je roule pour #25 – Sweet Mary et #26 – UU » comme sujet de votre émile… ;o)

Et pour la facilité de relecture: vous pouvez relire tous les Meilleurs Mots lUUs 2006 d’un seul coup d’oeil .

Date limite du vote popUUlaire: dimanche 17 décembre 2006, à minuit [environ].

Que les Meilleurs Mots lUUs gagnent !!!

Be cool, be open.

UU

ps: Notez la nouvelle rubrique à droite « Une idée de jUUry popUUlaire »…

Meilleurs mots lus #25

Sweet Mary – Extrait de « Val Paradis », d’Alain Jaubert

Je reviens sur le sable. Etourdi. Je m’allonge au soleil. Ce n’est plus le noir, le gris, le caniveau, la mort poussiéreuse, les ténèbres. Mais le clair, le soleil, le sable chaud, les forces retrouvées. La chaleur dans tout mon corps. Je me rendors. Rêves chaotiques. Je me réveille encore une fois. C’est un réveil comme je les connais à bord. Mon corps se retrouve. Aussi heureux, tiède et confiant que celui qu’il était dans son berceau dix-huit ans plus tôt. Seule différence peut-être, cette chose de chair chaude qui se dresse, dure, au bas de mon ventre chaque matin avant le réveil et qui persiste un long moment dans sa raideur obstinée, comme le rappel mystérieux et crispé de l’animalité sauvage tapie au plus profond. Retour à la vie ? Présage ? Innocence perdue ? Evidemment, Arthur me revient : « Le meilleur, c’est un sommeil bien ivre, sur la grève ». Une phrase à chaque circonstance de la vie. Nous ne faisons que rejouer des fragments d’anthologie…

(…)
Le sable est chaud maintenant. Je suis allongé. Comme je l’étais cette nuit mais c’est une autre façon d’être allongé. Pas mort ! Le sable qui gratte et qui coule entre les doigts, geste de plage de vacances répété avec bonheur comme mille fois jadis. Le soleil, sa chaleur sur les épaules, les bras. La peau lisse et propre qui cuit doucement. Je sens la vie regagner mon corps, chasser les démons noirs de la nuit, dissoudre la folie macabre de l’alcool. Je sens la chaleur dans les vertèbres lombaires, les fesses, les cuisses, le sexe raide. Montée lente du bien-être. Résurrection. Les dernières zones de résistance, omoplates, vertèbres cervicales, cerveau, se rendent l’une après l’autre. La journée s’annonce belle. Encore une fois, je me rendors content.

C’est une odeur qui me réveille. Une odeur forte de poisson. Ce n’est pas un rêve. Je suis sorti du sommeil et je perçois cette odeur de marée avariée plutôt désagréable. J’ouvre les yeux. Je sursaute. A quarante centimètres de moi, un gros œil intrigué me regarde. Entouré de peau plissée, effrayant. Je me dresse, je recule. C’est un pélican. Une bande de cinq pélicans est perchée à quelques mètres de mon corps inerte, sur le liston d’une barque de pêche. Celui là, intrépide, s’est aventuré jusqu’à moi. La tête penchée de côté, il m’observe avec curiosité. Il pue. Voyant que je bouge, il agite ses ailes pour m’impressionner, il redresse son cou, secoue la poche molle qui pend sous son bec, se détourne et repart en se dandinant, lourd et gauche, retrouver sa bande. Curieux animaux. Laids, mais touchants. Vivants comme des clochars paresseux dans la proximité des pêcheurs. Qui leur jettent les abats et les petites prises. Ont l’air égoïstes et voraces. On ne les imagine pas s’ouvrant le bide pour nourrir leurs petits comme dans le poème. Ils ont dû manger un instant auparavant : ils se nettoient pattes et plumes, se lissent les ailes avec une étrange délicatesse du bout pointu de leur minable bec, font claquer leurs mandibules de façon comique, somnolent, bâillent, se chamaillent, chient, couvrant de leur fiente grasse et blanchâtre la barque et le sable.

(…)
Je sors de l’eau. Le corps frais. Les cheveux collés, coulant, l’eau salée dans les yeux et la bouche. Souffler, envoyer les gouttes le plus loin possible devant soi. Air chaud maintenant. Courir, marcher en projetant du sable sec, tomber à genoux près de ses affaires, jeux de plage. Les pélicans alignés me regardent, la tête un peu penchée, puis se regardent, étonnés. Personne d’autre sur la plage que ces six bestioles grosses comme des dindons, malhabiles, plutôt ridicules. Une vie de pélican… lassé d’un long voyage… Le mien n’est pas terminé. Reprendre la route, reprendre la mer. Ne plus boire. On dit ça. Serments d’ivrogne. Encore des escales, eds bars, des filles, vertige.

En attendant, j’aurais bien envie d’un liquide chaud et désaltérant pour nettoyer d’un coup toute la tuyauterie. Un thé par exemple. La putain de Cork, belle Irlandaise laiteuse, tout en plis roses, sentant bon la lavande. M’avait proposé une tasse de thé. Une tasse de thé ! Après ablutions vénériennes, lave-boyaux. Glou glou glou ! Pourquoi pas en effet une tasse de thé ? Come and have a nice cup of tea ! Toujours nice. La tradition britannique jusqu’au fond des bouges et des lupanars. Et, ma foi, il était délicieux son thé. Elle, assise en jupon sur le bord du lit, ses jolis seins roses aux tétons pâles dans la douceur du soir, et moi, en chemise, cul nu, assis à côté d’elle, amusé, enfin apaisé. Dehors, le vent sifflait, c’était juste avant la grande tempête. On aspirait la surface du liquide brûlant en faisant pfuit ! pfuit ! comme un couple de paisibles retraités !

Commentaire de Sweet Mary

[NdUU: Commentaire de douce Marie à venir un jour ??? En tout cas, c’est clairement son ouvrage préféré lu en 2006… Elle l’a savouré longuement et avec plaisir, semble-t-il. Elle vous demande de l’excuser toutefois de cette surchauffe professionnelle…]

Meilleurs mots lus #26

UU – Extrait de « C’est égal », d’Agota Kristof

Son fils est parti de la maison très tôt, à dix-huit ans. Quelques mois après la mort du père.
Elle continuait de vivre dans l’appartement de deux pièces, elle était en très bons termes avec ses voisins. Elle faisait des ménages, racommodages, repassages.
Un jour, son fils frappa à la porte. Il n’était pas seul. Il était avec une jeune fille, assez jolie.
Elle leur avait ouvert les bras.
Il y avait quatre ans qu’elle n’avait pas revu son fils.
Après le repas du soir, son fils a dit :
– Maman, si tu veux bien, on restera ici tous les deux.
Son coeur a bondi de joie. Elle leur a préparé la chambre la plus grande, la plus belle. Mais ils sont sortis vers 10 heures.
« Ils sont sûrement allés au cinéma », se dit-elle, et elle s’endormit, heureuse dans la petite chambre derrière la cuisine.
Elle n’était plus seule. Son fils vivait de nouveau auprès d’elle.
Le matin, elle partait tôt pour faire les ménages et les menus travaux qu’elle ne souhaitait pas abandonner à cause de la nouvelle tournure de sa situation.
A midi, elle leur faisait de bons repas. Son fils apportait toujours quelque chose. Des fleurs, un dessert, du vin, et parfois du champagne.
Le va-et-vient des inconnus qu’elle croisait de temps en temps dans le corridor ne la dérangeait pas.
– Entrez, entrez, disait-elle, les jeunes sont dans la chambre.
Parfois, quand son fils était absent, et qu’elles prenaient leur repas entre femmes, ses yeux rencontraient les yeux tristes et battus de la fille qui habitait chez elle. Alors, elle baissait les siens, et marmonnait, en tripotant une boule de mie de pain :
– C’est un bon garçon. Un gentil garçon.
La fille pliait sa serviette – elle avait de l’éducation – et sortait de la cuisine.

Commentaire de UU

La qualité de ce recueil de nouvelles d’Agota Kristof [la nouvelle ci-dessus est reproduite intégralement] se trouve dans sa faculté à retranscrire en peu de lignes une ambiance, une profondeur psychologique et tout d’un coup, sans prévenir, la violence morale. Quelques unes de ces nouvelles sont plus optimistes, mais si peu…

Toute l’humanité et la détresse qui émanent de ce texte se retrouvent évoquées dans la description de ce geste anodin : cette mie de pain réduite en boule face à la terrible vérité qui s’étale, vulgairement, jour après jour, dans ce petit deux-pièces.

Depuis qu’un libraire du Divan [mythique librairie du 15ème arrdt à Paris] nous a livré quelques perles littéraires d’Europe de l’Est [comme les Braises , de Sandor Marai], je me suis attaché à lire d’autres ouvrages en provenance de ce coin du monde. Et on y lit, roman après roman, une aptitude à décrire la tristesse, le désoeuvrement, le drame humain tout simplement. C’est terrible et plutôt triste, il est vrai. Mais tellement humain.

Publicités

27 commentaires sur “Meilleurs Mots lUUs #25 et #26: Sweet Mary et UU [Ze End of Meilleurs Mots lUUs 2006]

  1. Ouais, vous faites fort. Du sexe (^_^) et des pélicans de la part de DouceMarie, et du triste trop humain mais si vrai, de la part de UU… Vous faites fort, mais vous faites looong aussi, parmi les plUUs longs, hein??

    Bon, seriously, le coup des pélicans, je rends les armes, je fais la grève! 😉 Même les mouettes de ma Gaspésie ne se sont jamais montrées si cul-rieuses… (on saisit l’astuce, dans le fond de la classe, si??)

    Et Agota Kristof! Si tu étais mon voisin, je te refilerais mon 3-en-1 : Le grand cahier, La preuve et Le troisième mensonge. Un certain dépouillement dans l’écriture, mon défi, je conserve ces fortes impressions.

    Ça va être dUUr, ce vote!

    (eu quelques journées difficiles là, suis souvent moins inclinée à commenter dans ce temps-là – semble se replacer)

    Et pis, j’ennuie de ChoUUpi. Ouh ouh, ChoUUUUUpiiii! Il est où le glos minet, hein ChoUUpi, l’est où?? Bref, bises to all.

    J'aime

  2. Marie-dan’>> Welcome back then. N’oublie pas de te couvrir le nunu. Le blizzard risque de le faire tomber…

    Pour le reste, j’ai oublié de dire que le vote par émile est à choix multiples !!! Ce ne sera pas un vote à bulletin unique comme écrit précédemment…

    Et oui, je dois lire un jour cette trilogie dont j’ai entendu parler [mais vaguement seulement, à vrai dire].

    Brig’>> En même temps, je te comprends. J’aurais écrit le même commentaire que toi si cela n’avait été moi à l’origine de ces Meilleurs Mots lUUs… Cela m’a aussi glacé lors de la lecture du recueil de nouvelles.

    Lof>> Too bad, fallait me prévenir. Et puis, t’es pas censé bosser là ?…

    J'aime

  3. à toutes et à tous>> ERRATUM [la note a déjà été modifiée en ce sens]

    Les votes par émile [meilleursmotsluus2006@yahoo.fr] peuvent se faire qu’à raison d’une voix par Meileurs Mots lUUs choisis [pas de surpondération possible, genre je vote 10 fois pour Bourrique ;o)].

    Par contre, vous pouvez voter pour PLUSIEURS Meilleurs Mots lUUs. Par exemple [oui, je suis un peu lourd, mais je défends mon titre 2005 là…] : “Je roule pour #25 – Sweet Mary et #26 – UU”.

    Voilà qui est dit !

    Que les Meilleurs Mots lUUs gagnent !

    J'aime

  4. tant pis…

    What though the radiance which was once so bright
    Be now for ever taken from my sight,
    Though nothing can bring back the hour
    Of splendour in the grass, of glory in the flower;
    We will grieve not, rather find
    Strength in what remains behind;
    In the primal sympathy
    Which having been must ever be;
    In the soothing thoughts that spring
    Out of human suffering;
    In the faith that looks through death,
    In years that bring the philosophic mind.

    William Wordsworth (1770–1850)

    J'aime

  5. « Wordsworth » Il porte bien son nom, ce gars là. ;o)

    Dommage en effet pour nous et les Meilleurs Mots lUUs 2006, car j’aime beaucoup la sonorité d’un anglais aussi lumineux et quelque peu précieux. Just love it !

    J'aime

  6. Bon , je viens de relire tous les textes, difficile d’être objective car certains sujets me touchent plus que d’autres, je vais donc noter en mon âme et conscience…
    En tous les cas je tiens à remercier tous les participants pour leurs choix, j’ai pris plaisir à lire des auteurs inconnus, à retrouver des mots connus.
    J’ai hâte de connaître le gagnant de cette année, à lundi pour les résultats.

    J'aime

  7. c’est une honte! UU influence le jUUry par toUUs les moyens! Il vote même poUUr son époUUse… HoUUUUUU!!!!!!!

    Ceci dit, vos deux textes sont très biens tous les deux. Une petite préférence pour celui de Jaubert, ce sens pictural… Est – ce le Jaubert de Palettes?

    Amicalement

    AUUgUUstin

    PS: merci d’avoir organisé cet événement,cher UU!

    C’est vraiment sUUper

    J'aime

  8. Je n’accorche pas trop à la première partie de l’extrait choisi par SüßMarie, je ne saurai dire pourquoi… le rythme peut être. En revanche j’aime bien la chute.

    J’adore l’extrait choisi par UU. Court, précis, concis… tout est dit en quelques lignes. On visualise bien les images, la tristesse, la grisaille de cette situation. J’ai toujours aimé et admiré les courts métrages qui en quelques minutes arrivent à te faire rire ou pleurer, à t’étonner, te faire passer un message. Cette nouvelle me fait cette impression! Bravo

    J'aime

  9. APPEL A TOUS LES VOTANTS… rappelez vous l’extraordinaire texte d’Amin Maalouf, les émotions qu’il a provoqué en vous, cette qualité hors du commun de l’écriture, la poésie de ces quelques lignes…

    VOTEZ MAALOUF!!!!

    J'aime

  10. « J’ai TOUJOURS aimé et admiré les courts métrages »

    Djamel>> On ne peut pas vraiment dire que « Oui-oui et la voiture jaune » est un court métrage, si ? Ton « toujours » remonte vraiment jusqu’à la nuit des temps ??

    ps: un clip de Patrick Bruel n’est pas un court-métrage non plus, hein…

    J'aime

  11. UU>> OK mon « toujours » était un peu exagéré (votez pour moi) … alors pour être plus précis (votez pour moi), j’aimes les courts métrage (votez pour moi) depuis que j’ai joué le role principal dans un tel film (votez pour moi)!!!
    Ah ah!!! Oui je suis une star du cinéma d’auteur (votez pour moi).
    TOUJOURS est-il (votez pour moi), que j’aime ton extrait mais votez pour moi quand même!!!

    J'aime

  12. j arrive un peu tard, je m en excuse, jai vu vos coordonnées chez Ossiane,
    je ne pourrai lire ts les textes avant lundi…

    mais le texte que je viens de lire, il me plait bien, il est beau de vie, il est beau de vie.

    J'aime

  13. Terrible ton texte UU !!
    C’est ciselé avec une précision diabolique; je suis vraiment admiratif, même si le sujet n’est pas ma tasse de thé.

    J’ai relu une grand part des textes cet après midi, j’attends mes invités et donc pas possible de termnier la lecture.

    Mes notes donc pour demain matin au lever du lit !

    J'aime

  14. M*rde ! ! ! J’ai loupé les votes ! Il ne me reste plus qu’à attendre le résultat …
    PS : dommage que Douce Marie n’ait pas eu le temps d’écrire son commentaire, ça la disqualifie je pense … (ou alors c’est qu’il y a du favoritisme !). Mais ce bouquin « Val Paradis » je l’ai lu et il m’a beaucoup plu aussi. D’autant que monsieur de Keravel a été marin dans une vie antérieure et que je pensais à lui en lisant cette histoire de marin.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s