La pensée du vendredi #16: Insupportable tolérance xénophobe

Je suis à la bourre. Oui, certes.

La nouvelle n’est pas fraîche. Non, certes.

Mais il y a certainement matière à hurler.

A croire que la saison de la chasse [au rhinocéros (*)] s’est ouverte d’elle-même.

Peut-être que nous aussi, sur les blogs, nous nous ramollissons.

Faut dire qu’une fois l’âge de raison du blog passée [1 an, paraît-il], les perspectives changent. Les
blogs deviendraient-ils "vieux con" ?

(*) Faut-il le rappeler ? La chasse au rhinocéros était une initiative littéraire de l’ami di Brazza. C’était venu après la fameuse chasse à la svatiska sur les avions de chasse de l’armée finlandaise.

En mon temps [avant l’âge de raison de mon blog], j’y avais aussi apporté ma contribution.

Aujourd’hui, le péril est bien plus grave.

Car pernicieux.

Silencieux.

Voire même un peu vicieux.

Les faits : Le SMER, seul parti de la gauche slovaque à être affilié au Parti Socialiste Européen, remporte les élections législatives du 17 juin, grâce à une coalition rouge-brun somme toute surprenante.

Ainsi alliée avec l’extrême droite xénophobe (Parti national slovaque, SNS) et à un parti nationaliste (Mouvement pour une Slovaquie démocratique, HZDS), la gauche slovaque forme un gouvernement y accueillant des membres ouvertement d’extrême-droite.

Vous direz, on dit souvent jamais deux [Pologne, Bulgarie] sans trois [maintenant la Slovaquie]. Le début d’une déferlante d’extrême-droite qui nous attaquerait par l’Est ?

Ok, vous me direz [et vous aurez raison], c’est le choix démocratique d’un peuple libre qui a été appelé à des élections libres. Et OK ça se respecte d’une certaine manière. Soit.

Mais deux choses choquent :

– Cette colation rouge-brun a gagné les élections en se positionnant contre les réformes libérales. En faisant brandir la carotte sociale [objectif somme toute respectable mais de la part de l’extrême droite slovaque, c’est un discours populiste dans sa plus grande splendeur].

– Le portefeuille de l’éducation nationale a été confié à l’extrême droite xénophobe [que vont apprendre leurs petites têtes blondes ? Une coloration brune se profile…].

Vous rappelez vous ?

Le 2 février 2000, le Monde écrivait :

« L’Europe politique existe ! Le lundi 31 janvier restera une date dans l’histoire de l’Union européenne (UE). Pour la première fois, l’UE s’est ouvertement accordé un droit d’ingérence dans la politique intérieure d’un de ses membres. Quatorze des gouvernements de l’Union ont signalé au quinzième, l’Autriche, que son appartenance à l’ensemble démocratique qu’est l’Europe lui imposait des obligations en politique intérieure. L’affaire est sans précédent. Elle revient à dire que le champ de la souveraineté d’un Etat membre comporte aussi des limitations – en l’espèce, des garde-fous – dans le domaine extrêmement sensible de l’expression démocratique de son électorat. Ce n’est pas rien – et cela ne figure pas dans les traités.

C’est donc avec le sentiment d’un événement d’une extrême gravité que le premier ministre portugais, Antonio Guterres, dont le pays assure la présidence de l’Union, a annoncé la position des Quatorze face à l’Autriche. L’avertissement est on ne peut plus clair : l’Union ne restera pas sans réagir si l’Autriche intègre dans son gouvernement le parti d’extrême droite de Jörg Haider, le FPÖ.  [etc. etc. etc.]» [lien abonnés]

A la rubrique des chiens écrasés, on peut aujourd’hui lire en ouvrant votre quotidien préféré : L’Europe politique est bel et bien morte. Amen.

Il fut un temps pas si lointain ["a long time ago, in a far far away galaxy…"] où l’Europe était encore capable de s’émouvoir pour défendre ses valeurs humanistes…

Mais pourquoi parler de ça ?

Car tout simplement, il y a quelques jours, fin août 2006, un acte de racisme ordinaire est resté totalement impuni politiquement, dans l’indifférence générale : une étudiante hongroise a été agressée par deux Slovaques pour avoir parlé hongrois en Slovaquie [lire ici] et s’est vu affublée d’un « Hungarians, go home » sur son beau t-shirt [lien ici aussi].

Dans un film des Monty Python [La vie de Brian – « Romanes eunt domus »], on peut en rigoler. Mais nous sommes ici dans la *vraie* vie.

Or un acte de racisme ne doit pas devenir ordinaire. Encore moins en Europe. Encore moins dans une Europe politique qui rêve pourtant de devenir plus forte.

Le rêve européen est bel et bien mort.

Depuis plusieurs années, plusieurs pays se sont acharnés à discréditer cette [pourtant belle] Europe [Chirac porte la plus grande responsabilité pour ce qui est de la France]. Alors… Pourquoi s’étonner de ce qui est devenu un fait accompli ?

Quels messages devons-nous tout de même tenter de retenir ?

Que Les Européens ne veulent pas de cette Europe exclusivement marchande.

Que le libéralisme et la mondialisation font [bêtement] peur.

Que les peuples tiennent à leur identité culturelle.

Qui peut prendre note de ces messages et les porter à la connaissance de ceux qui nous gouvernent ?

Seul un GRAND homme [ou une GRANDE femme] politique pourrait le faire.

En France, cet homme ou cette femme n’a pas encore apparu sur la scène publique.

Et plus les jours passent, plus la tristesse me gagne.

Denis Jeambar, anciennement à L’Express, aujourd’hui PDG du Seuil, disait hier sur France Q la chose suivante : La génération des baby boomers [dont il fait partie] porte une forte responsabilité quant à la morosité politique et sociale actuelle. C’est une génération qui n’a pas connu la guerre et qui a toujours été portée aux nues par les politiques, ou du mois chouchoutées. C’est une génération qui pense avoir beaucoup plus de droits que de devoirs à l’égard de la société.

C’est selon moi un point d’entrée intéressant pour comprendre le glissement social actuel. Et il est vrai que par le passé, les périodes noires que la France a traversées ont aussi donné le spectacle d’actes de bravoure et de courage incroyables.

Ca y est, Denis l’a dit, le mot a été prononcé : le Courage.

Voilà la clé ! Notre classe politique, notre société dans son ensemble manquent de courage.

Nous sommes des lâches et ça, nous le paierons un jour.

Denis Jeambar ne dit pas autre chose dans le titre de son récent livre, coécrit avec Jacqueline Rémy, une ex-soixante huitarde : « Nos enfants nous haïront ».

Pour ma part, j’en profite autant que faire se peut : le soir, lorsque je rentre du boulot, tous les malheurs du monde s’évanouissent lorsque mes yeux croisent ceux de Choupinette. Et ça, c’est *vraiment* précieux.

Regard_de_choupi

Très beau ouikende ensoleillé à toutes et à tous. Mais réfléchissez tout de même à tout ça.

Be cool, be open.

UU

26 commentaires sur “La pensée du vendredi #16: Insupportable tolérance xénophobe

  1. Inquiétants développements à l’Est en effet… il faut rester vigilant comme tu le fais à défaut de mieux pour le moment. Car s’ingérer dans les affaires internes d’un Etat souverain est toujours assez délicat et les pressions européennes n’avaient, sauf erreur de ma part, rien changé à la situation en Autriche.
    En revanches ces gouvernements constitués de coalitions surprenantes, ne restent, fort heureusement, jamais en place. Les ambitions contradictoires des uns et des autres finissent par déchirer tout accord de gouvernement. De plus les électeurs se rendent compte rapidement que les promesses ne sont jamais tenues et que la poudre que ces partis leur ont jetée aux yeux n’était destinée qu’à les aveugler.

    Quant à la génération Baby Boom, ce n’est pas la première fois que je lis de telles théories selon lesquelles, pour la première fois, une classe d’âge n’aurait pas préparer l’avenir des générations à venir en ne se souciant que de son bien être.
    A nous de prendre la main, de faire les choix nécessaires, sans les haïr, mais en les bousculant un peu…

    J'aime

  2. merci jmesuiléssépoucélacravat’ ! L’espace d’un instant [le temps de ma note], je perdais mon optimisme.

    Tu dois avoir raison… mais cela sera-t-il suffisant ? est-ce trop tard ?

    Ein wunderschônes Wochende à toute la smala !

    J'aime

  3. Ne nous gaussons pas trop des autres : lors de l’élection présidentielle du 21 avril 2001, 19% des électeurs ont votés pour l’extrême droite et 10.4% pour l’extrême gauche.

    Cela fait 29.4% (un tiers des votes exprimés !) pour la dictature.
    La France n’est en aucun cas immunisée contre le « rouge-brun ». En cela, nous sommes « européens » aussi, c’est un mouvement général.

    Il est accentué en France par l’autoritarisme sociologique, par le comportement de gamins de 2 ans des syndicats minoritaires et par le refus obstiné et irraisonné de toute « réforme » d’où qu’elle vienne. Quand ça bloque trop, ça casse. Février 1934 en avait donné un avant-goût : ce jour-là, F. Mitterrand portait canne et chapeau et manifestait avec les antiparlementaires. Il faut si peu de choses pour transformer un citoyen en révolté…

    J'aime

  4. Jlhuss>> Malheureusement…

    argoul>> Loin de moi l’idée de me gausser des autres. Nous sommes les premiers à être passés à côté de la cata !… Et en plus, il semble que la gauche française n’a toujours pas compris les leçons de 2002… Va-t-on se prendre le même mur en 2007 ?

    J'aime

  5. Je trouve un peu dommage d’imager les choses par la chasse au rhinocéros. L’image de l’homme est bien la pire, c’est le prédateur N°1, très loin devant.
    L’Europe ne résout rien par son cinéma, on change le film de temps en temps, Tchernobyl plus à l’affiche mais toujours dangereux avec des clones toujours en activité. En France allons voir les problèmes de tyroïdes du côté de Cherbourg…
    Ne nous demandons pas combien de millions de tonnes nous avons produit d’éthers de glycols et qui va en crever, il a fallu 50 ans pour établir ce que tout le monde savait avec l’amiante depuis le départ !
    Chômage, problème des flux d’immigrations qui vont exploser, problème de l’effet de serre, j’en passe et des meilleurs. Une économie occidentale qui ne doute en rien de sa stratégie.
    Droite ou gauche je ne vois rien qui puisse nous faire espérer un monde meilleur et éviter une recrudescence des extrêmes. On est certain de voir au second tour des élections un gros con qui n’a qu’un œil, face à qui, je n’en sais rien, cette personne gagnera et l’on continuera rassurés du pire. La campagne va tourner aux insultes, rabaisser tout le monde et il sera là, encore à nous dire que c’est de la faute des étrangers !

    J'aime

  6. quand tu dis que nous sommes passé à coté de la cata, je te trouves optimiste.
    Pour notre borgne les sondages dit-on ne seraient pas mauvais et j’ai entendu dans des salons où autrefois « cela ne se faisait pas » des phrases très limite. Il y a quelques années elles tombaient dans un silence gêné et désaprobateur. On commence à les discuter.
    Et voilà qu’en parlant de ces imbéciles dangereux on en oublie de saluer la frimousse qui fait son aparition

    J'aime

  7. Stelfe>> Tiens, je viens de trouver plus péssimiste que moi pour le coup… Pas gai ton commentaire.

    Pour autant, faut rester debout et continuer à ne pas accepter certaines choses, à les dire. Certains se battent pour cela [au sens propre et figuré], pour une idée de démocratie. Inclus les associations de défense des consommateurs. On dérive du sujet mais pas tellement au fond…

    Ce qui est tout simplement en danger, c’est la démocratie…

    Pour le reste [la chasse au rhinocéros] : c’est bien sûr une image – ce n’est pas à prendre au sens littéral ! A l’origine, si tu prends le temps d’aller voir chez di Brazza, c’est en référence au Rhinocéros d’Eugène Ionesco, d’où cette initiative littéraire qui a suivi l’épisode des svatiskas finlandaises…

    Brigetoun>> Cette banalisation est lente, pernicieuse. Tu as raison, les langues se délient et les tabous tombent.

    Je ne prétends pas avoir la solution mais il me semble que politiquement une piste serait que ce messie politique que j’attends de pied ferme [j’aurais pu parler de MAC, tiens…] puisse avoir le courage de dire la vérité de notre monde face à nous consommateurs télévores dont les cerveaux ne sont plus disponibles pour rien et en même temps prendre son courage politique à deux mains et faire face.

    Cela dit, pour faire ça, vaut mieux le faire à plusieurs. Et si possible au sein de l’Europe. Mais c’est sûrement mettre la barre trop haut.

    Je vais finir par attendre comme un con, longtemps, très longtemps, le temps qu’enfin Godot montre son nez.

    Et puis merde enfin, il va faire beau ce ouikende. Et je vais enfin retrouver Choupi plus longuement… Qu’est-ce qu’elle me manque… Ah mon petit jardin candide…

    J'aime

  8. En attendant le messie on sera forcément déçu. et le probleme avec le messie, c’est qu’il n’est pas là très souvent et pas forcément pour l’éternité. Donc le messie n’est pas une solution viable à long terme. Et je n’évoque même pas les fois où les messies sont plutôt sales bêtes bien cachées.

    En général on ne trouve qu’un messie que quand ca va mal. Est t on obligé d’attendre le pire ?

    Bref le mythe du sauveur c’est un peu la nevrose dont la France devrait se debarrasser, si elle veut evoluer. Au risque de repeter les memes processus : Crises – Table rase – nouveau systeme performant mais rigide – enlisement – crises – etc.

    Bref

    J'aime

  9. Benjamin>> Re-bienvenu sur ce blog…

    C’est-à-dire que j’emploie à bon escient [je crois] ce terme de messie pour cette raison toute simple : parmi les candidats à la Présidentielle [en comptant les candidats à la candidature…], je ne vois personne qui ait cette carrure là à aujourd’hui. J’attends de voir et d’entendre un vrai débat présidentiel… Pas les bêtises type La Rochelle au PS… Même si c’est inévitablement le circuit démocratique interne du PS qui engendre ça.

    Ce que j’espère, c’est qu’elle [la carrure, hein ! Je ne pensais pas à Ségo…] se révèle d’ici mai 2007 !

    Bon tout ça pour dire que, non, je ne rêve pas d’un président qui traverserait la Seine comme d’autres la Mer Rouge ! [quoique Chirac avait promis de nager dedans un jour…] Non, je rêve d’avoir un vrai Président de la République, un dont je serai fier qu’il représente la France, à l’étranger mais aussi dans nos chaumières métropolitaines !

    Pas un Président qu’on élirait, faute de mieux… Et c’est un peu malheureusement mon sentiment actuel…

    Quant à mes manches, elles sont déjà retroussées ! ;o) Il fait chaud, le ciel est bleu et ma fenêtre au boulot est ouverte ! Et je vais bientôt retrouver douce Marie et Choupi… ;o)

    J'aime

  10. Un billet tres interessant my dear UU, et vraiment super bien ecrit.
    Je pense souvent a ce genre de chose, surtout en tant que francais vivant a l’etranger. Recement le journal « The Guardian » dressait plus ou moins le meme constat que Jeambar, celui d’une generation de baby boomers qui a tout eu et ne sent pas redevable a la societe. Il en est de meme du modele francais, surtout au niveau social. C’est un grand et beau modele mais ce sont nosn enfants qui vont payer la facture d’une nation qui vit au dessus de ses moyens. Je digresse un peu mais le contexte s’y prete bien.

    Ta choupinette est sublime, bon week-end la UU’s family (vous allez virer Womack&Womack eventuellement?)

    J'aime

  11. Mariedan’>> Elle est belle ta Terre à toi. Assez émouvante… Il s’en passe des trucs sympas dans les abribus québecois. Plus cool que les abribus parigots. Tu me la prêtes un peu [ta Terre] ? Allez dis…

    Fab>> Ouaip, désolé. Y avait urgence pour que je *ponde* cette note. La surprise que je t’ai réservée viendra ensuite.

    Pour te consoler, dear Fab:
    Vidéo vintage de Womack&Womack

    A relever avec un oeil attentif en visionnant la vidéo :
    – le jeu remarquable du bassiste
    – le bandana rouge en serre-tête [Rocky avait le même]
    – la forme à fond vintage de toutes les paires de lunettes [j’avais les mêmes à la fin des années 80… sic]

    Voilà de quoi égayer un peu le ouikende, malgré ma note. ;o)

    J'aime

  12. Uu
    le rhinocéros est mon animal fétiche que m’a surnommé mon père qd j’étais adolescente
    « attention au rhino » car j’étais assez de mauvais poil avec un gros coeur »
    va voir les photos de PeterLiedebergh

    pensées à vouSSs troiSSs

    J'aime

  13. Fab>> Yeahh, and you move your body au taf aussi ? ;o)

    oh chère Aurélie>> Bon bon, je t’ai répondu par émile… Bon, j’espère que tu ne l’auras pas [trop] mal pris. Bien sûr qu’il ne peut y avoir de rapport entre ton histoire personnelle et notre chasse là. Et puis, c’est une chasse purement littéraire… Ne dit-on pas qu’un rhino peut parfois en cacher un autre ?…
    Bizz and take care, Aurélie.

    Pour ce qui est des photos, est-ce que c’était pas par hasard Peter Lindbergh ?
    Si c’est bien le cas, voir la 5ème photo [en N&B] ici.

    Des photos comme ça un jour me font me jeter à terre !… ;o) Une féminité absolument incroyable. Quelque chose de magnétique.

    Par contre, pas de traces de rhino chez Lindbergh… Mais peut-être ai-je frappé à la mauvaise porte ! ;o)

    J'aime

  14. Je suis évidemment très sensible comme toi à cette dérive xénophobe qui a lieu dans certains pays d’Europe. Ca m’attriste et me terrifie en même temps. Mais je crois aussi que la France n’est malheureusement pas épargnée par cette vague. Les gens disent de plus en plus souvent tout haut ce qu’ils pensent tout bas. Lorque ça va mal, il faut bien trouver des boucs émissaires. C’est très inquiétant. Souvenirs du 21 avril 2002 et pas 2001:-) J’ai toujours les plus grosses craintes pour les élections à venir si les politiques de droite comme de gauche continuent à se chamailler ainsi. On assiste au triste spectacle des ambitions personnelles, du paraître et de la tentation d’aller jouer sur les terres à Le Pen. Le vote extrême protestataire a toute la place pour s’engouffrer dans cette brèche. En revanche, je ne sais pas si 68 a quelque chose à voir là-dedans. Toute la classe politique française n’y a pas participé.

    J'aime

  15. Bruno>> Welcome, j’ai aussi découvert votre/ton travail sur votre/ton blog ! J’y retournerai…

    Oui, ben y a du taf comme dirait Fab…

    Ossiane>> Oui, j’ai corriqé pour 2002… J’me suis emmêlé en répondant tête baissée au commentaire qui précédait !

    Pour ce qui est de 68, je ne crois pas que Denis Jeambar fasse référence en particulier à 68… Comme tu le ressens, je ne suis pas sûr également que cela ait grand chose à voir.

    Il parlait plutôt de la génération baby-boom, et en particulier des années fastes des Trente Glorieuses… Plus prosaïquement, être élevé et vivre dans l’abondance matérielle de ces années là n’a pas fait de bien pour la moralité sociale et politique.

    J'aime

  16. Ok UU, je te suis là-dessus. La génération baby-boom qui a en effet eu plus de chance n’est pas toujours ouverte vers les autres et leurs problèmes à régler. Décalage avec la réalité du terrain.

    J'aime

  17. Beau débat. Mais triste sur le fond.
    Je suis bien d’accord, il y a des idées qui se banalisent un peu trop, du côté des extrêmes politiques bien sûr, mais aussi du côté de quelques « églises » et autres sectes.
    J’ai du mal à croire qu’il faille accuser uniquement les « baby boomers » (dont je suis, au demeurant).
    Je crois aussi que la montée des indidualismes, la perte de quelques repères fondamentaux (en famille ou en société) laissent la porte ouverte à n’importe qui qui parle bien, promet tout et son contraire, bref qui propose des solutions faciles.
    Je ne suis pas très optimiste dans ce débat là…
    Restent le cercle familial, les « amis gentils » (expression de mon fils aîné) et l’énergie qu’on peut diffuser autour de nous.
    Bises à vous 3, Choupinette est magnifique !

    J'aime

  18. UU ,je fais partie de la génération « coup de bol » et remercie tous nos an^c^tres qui n’ont pas beaucoup consommé , aujourdhui la société de « consu mation » ne m’inquiète pas , ce qui me pose question c’est le peu de temps » consommé « à la compréhension de la société monde , mais par rapport au temps ou je jpouais dans les terrains vagues des citées HLM , quel progrès , aller on souffle toujours sur la braise , bien à vous trois .

    J'aime

  19. Ossiane>> Etre à l’écoute des autres et agir. Ca devrait être le « back to baiscs » pour la présidentielle de 2007 !

    Annie-Claude>> Oui, 2002 a été un révélateur [comme celui utilisé en photographie]: les langues se délient et on prend peur d’un coup… Est-ce cette France là, qui a peur d’elle même que nous voulons ?

    Alain>> Pour reciter encore Jeambar, mon but n’était pas de faire du jeunisme. Loin de là… C’est un questionnement permanent pour savoir et comprendre ce qui se passe autour de nous et surtout en France.

    Je ne critique pas cette période là pour tout ce qu’elle a apporté aux Français en termes de progrès technique, de confort, d’emploi, de progrès social aussi… Tant mieux… Mais le monde change, et les paradigmes politiques non [ou peu].

    Tu me rappelles cette plaisanterie qui se dit souvent dans les familles viêts réfugiées: « Si on a la situation matérielle que l’on a aujourd’hui, c’est bien grâce à une personne en particulier. Merci donc à l’oncle Ho » ! ;o)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s