Regards sur le Viêtnam #7: « Portée par les eaux »

[Voir toute la série sur le Viêtnam en cliquant ici]

Vn2004socit1

[Légende photos : Une femme apporte les produits qu’elle mettra en vente au marché de Hoi An, ville classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco en raison de son port marchand traditionnel très bien préservé, Viêtnam du Centre]

 

HaïkUU du fleUUve

Partout en Asie
Le fleuve de Siddharta (*)
Protège et apaise.

Be cool, be open.

UU

(*) Siddharta, de Herman Hesse.

Regards sur le Viêtnam #6: « Souligner la cuisine d’un trait »

[Voir toute la série sur le Viêtnam en cliquant ici]

Vn2004socit4ter

Vn2004socit4Vn2004socit4bisjpg[Légende photos : Marché de Hoi An, ville classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco en raison de son port marchand traditionnel très bien préservé, Viêtnam du Centre]

La meilleure cuisine viêtnamienne est populaire.
Pas de place pour le  spectaculaire.
Elle est à l’image de ce marché.
Une multitude de verts, en veux-tu en voilà…
Quelques touches de couleurs, par ci, par là…
Et une subtilité de saveurs insoupçonnées !
Beaucoup de légumes, cuits ou en crudités,
Tous aux multiples goûts et textures,
Souvent coupés en tout petit, de belle manière.
Elle se distingue par une légèreté toute particulière.
Peu de sauces, un peu d’épices, vraiment sans fioriture.
Et enfin, un trait de nước mắm ou même de mắm pur,
Comme on souligne les bons passages d’un ouvrage
                                                       de littérature.

 

HaïkUU cUUlinaire

Le goût, l’odorat…
Plaisirs de la nature
Doucement variés.

Be cool, be open.

UU

Regards sur le Viêtnam #5: « Sourire en travers »

[Voir toute la série sur le Viêtnam en cliquant ici]

Vn2004socit6

[Légende photos : Charpente métallique de la Poste Centrale, achevée en 1891 par Gustave Eiffel, à Saigon, Viêtnam du Sud. Au fond, suspendu, le portrait de Hô Chi Minh]

La revanche passe souvent par les mots quand la défaite est amère.

Les việt kiều (*) vous raconteront ainsi cette histoire.

En raison de la pauvreté du pays, on réussit souvent mieux matériellement à l’étranger que si on était restés au Viêtnam.

On est ainsi paradoxalement reconnaissants de la victoire de Hô Chi Minh sur les Français puis sur les Américains, puisque c’est grâce à lui qu’on a pu [dû…] partir du Viêtnam pour aller s’installer à l’étranger [France, Australie et surtout Amérique du Nord]
.

Vous entendrez donc dire : « Cảm ơn, bác Hô », soit « Merci, oncle Hô ».

Exemple appliqué : Sans l’oncle Hô, je n’aurai jamais écrit ce blog. Donc merci à lui… ;o)

« Oncle » est à prendre au sens affectif. C’est ainsi qu’on désigne en viêtnamien les amis proches de ses parents.

HaïkUU en travers

Souriant portrait…

L’Histoire
a parfois un goût
Amer, comme l’automne.

Be cool, be open.

UU

[(*) Viêtnamiens à l’étranger, ceux de la diaspora viêtnamienne]

Regards sur le Viêtnam #4: « Pulsation intime et urbaine »

[Voir toute la série sur le Viêtnam en cliquant ici]

Vn2004socit3

Vn2004socit8Vn2004socit9

[Légende photos : Dans les rues de Saigon, Viêtnam du Sud]

Une femme à pieds,
   Dans un élégant équilibre,
   Tourne le dos
A la modernité.

Ville sauvage,
   à l’étrange pouvoir d’attraction,


Elle gronde tout le long
   de ses rues vrombissantes.

Sa respiration, telle une rafale
   d’infernales pulsations,

Marque à jamais de son sceau
   les enfants qui y sont nés.

Elle, c’est Saigon la blanche,
   envoûtante
      "Perle de l’Extrême-Orient".

Tatoué depuis ma naissance…
   Je *sais* que je viens de là bas.

En complément :
Voir la belle note de dom, sur les motocyclettes à Saigon.

Be cool, be open.

UU

Regards sur le Viêtnam #2: « Le passé et le présent réunis »

[Voir toute la série sur le Viêtnam en cliquant ici]

Vn2004paysage2

[Légende photo : A l’entrée de l’agglomération d’Hanoï, Viêtnam du Nord]

Pays de tradition séculaire
Aujourd’hui schizophréne
Face à l’urbanisation populaire.
Les rizières devenues urbaines,
Beauté d’un passé qui ne s’efface pas
D’un revers de la main
   devant le présent.
Emergence des couleurs par aplats
Devant ces milliers de vert.
Et ce drapeau rouge flottant au vent
Qui croît déclarer une victoire
Alors qu’il devrait être par terre.
Erreur de casting de l’Histoire.

Be cool, be open.

UU

Une nounou viêtnamienne

J’en ai les larmes aux yeux.

Douce Marie y croyait pourtant, elle.

Depuis le début.

Elle n’a pas arrêté de me pousser, de me dire de me bouger.

Et tout d’un coup, tout s’est débloqué.

Après des dizaines d’entretiens téléphoniques…

Après un paquet d’entretiens en face en face avec des nounous potentielles…

Françaises.
Africaines.
Portuguaises.
Marocaines.
Viêtnamiennes [on en a vu 2 seulement]…

On vient de trouver la perle rare. Enfin, je crois.

Croyez moi, avec tous les critères que nous avions, on commençait à désespérer.

Ne serait-ce que sur la question de la sécurité dont il faut faire preuve pour garder un bébé…

On vient ainsi de confirmer notre proposition d’embauche.

Samedi prochain, on signe le contrat de travail.

On sera parents-employeurs…

D’une nounou viêtnamienne

parlant français
parlant viêtnamien
qui sait lire le français et le viêtnamien
qui a passé avec succès les tirs de barrage de nos 30 questions [véridiques…]
dont plusieurs questions pièges sur la sécurité, l’hygiène, les capacités d’initiative
qui a de l’expérience de garde d’enfants [10 ans]

qui semble aimer les enfants, du moins qui a de la tendresse pour eux
qui est formée et diplômée [institutrice en maternelle]
qui accepte de se déplacer dans le 9-cube, chez nous quoi
qui a la nationalité française et qui est donc en situation régulière
qui a des références qu’on a pu vérifier
qui a donc des anciens employeurs satisfaits
qui a déjà gardé des enfants eurasiens [père viêt et maman française !…]

enfin qui a réussi à enseigner le viêtnamien rudimentaire – celui que je parle – à ces derniers

On a cru rêver avec douce Marie…

J’avais écrit dans une note du 2 juin 2006: "Si seulement Choupinette pouvait parler [le viêt] comme moi, le pari serait gagné."

Aujourd’hui, cette douleur [de perdre ma langue ou plutôt de ne pas réussir à la transmettre] s’estompe.

Et ça me donne les larmes aux yeux.

Pas pour moi.

Pour Choupinette.

Des larmes de joie donc.

Car désormais, il sera *probable* qu’elle puisse plus tard parler viêtnamien.

Be cool, be open.

UU

ps: pour fêter ça, je commence aujourd’hui un cycle de photos que j’ai prises lors de mon voyage au Viêtnam en 2004.
Vn2004paysage1

[Légende photo: Jeu d’enfants sur une barque, dans la baie d’Halong]