MAC 47 di Choupi e Felice Anno di Sardegna #5: Saluti a tutti [dé-blog-alisation]

Ayé, Choupi a eu ses six mois.

Sa moitié de première année.

Aujourd’hui, elle peut prendre allègrement ses pieds avec ses mains.

dsc_8855.JPG

Elle peut aussi s’asseoir, toute seule.

Comme une grande fille, parce que maintenant elle a un autre regard sur le monde, du haut de son petit popotin.

dsc_9269-copy.jpg

Note: Sur la photo floutée ci-dessus, Choupi « mange » le cache de mon zoom Sigma… ;o) Elle est assise sur la banquette du hall de réception de notre hôtel à Cagliari.

Elle en a profité pour jeter son premier regard grand-angle sur la vie, à Cagliari, la capitale de la Sardaigne.

cagliari.jpg

Un peu surprise de voir une patinoire à glace, par 18° au soleil, sous les palmiers qui plus est.

Mais ce n’est pas la dernière chose qui l’étonnera, cette petite Choupi.

Tout reste à faire, tout reste à découvrir…

(…)

Inspiration

(…)

Expiration

(…)

Aujourd’hui, j’ai décidé de me retirer de la blogosphère.

Pour un certain temps. Ou bien un temps certain.

J’ai vraiment trop de travail qui m’attend.

Pour mon bien, bien sûr…

Tout se passe pour le mieux: job passionnant, de plus en plus de responsabilités…

Et puis, y a la vraie vie.

Choupi, douce Marie…

Faut que je m’occupe de mes deux trésors.

Le blog rentre à un certain stade en conflit avec la vraie vie…

Question de choix, de priorités.

Et pendant plus d’un an, le blog a été un choix, une priorité.

Il m’a permis de me ré-équilibrer,

de prendre du recul,

de me ré-ouvrir au monde,

de faire des rencontres formidables.

Si si, rien que ça.

J’ai même découvert que j’aimais écrire des haïkUUs de temps à autre. ;o)

(…)

A vrai dire, depuis la rentrée, je savais que cela allait arriver.

J’attendais juste de finir ce cycle de promenades sardes. Le finir proprement.

Voilà venu le temps des au-revoir.

Pas adieu, hein…

(…)

Ne me demandez pas quand je republierai une prochaine note…

Un mois ?

Deux mois ?

Trois mois ?

Six mois ?

Ah si… Notre voyage en Polynésie Française !…

Et la rencontre [enfin !] avec la célèbre Annie-Claude ! ;o)

Beaucoup la connaissent, mais tellement peu l’ont vue sur ses propres terres. Ce sera quelque chose, j’en suis sûr !

Vous en aurez des nouvelles, comptez sur moi.

Pour toutes les fidèles lectrices et tous les fidèles lecteurs, une notification de reprise de publication sur ce blog sera faite par émile.

Si vous voulez en être avertis et que je n’ai vraisemblablement pas votre émile, contactez moi en haut à gauche [« Ecrivez-moi »].

(…)

Les larmes me sont venues aux yeux.

Comme en levant la main vers quelqu’un qui vous est cher, sur le quai d’une gare.

Vous allez me manquer. Vraiment.

Be cool, be open.

UU

Felice Anno di Sardegna #2: Giara di Gesturi

Sulla carta per uno Felice Anno:

Antipasti: Castello di Las Plassas
Primo piatto: Giara di Gesturi
Secondo piatto: Pauli Maiori
Secondo piatto di pesce: Spiaggia di Co’Quaddus nell’isola di Sant Antioco
Dolci: Choupi ha sei mesi

Oggi al ristorante: Giara di Gesturi

giara-di-gesturi.jpg

[Cliquer évidemment sur la photo pour agrandir…]

Quand on a un premier enfant, on s’étonne de toutes ces premières fois.

Que dis-je, on s’émerveille…

De tout et de rien.

Des choses les plus futiles comme des choses les plus émouvantes.

Cette fois, c’était la première vraie randonnée avec Choupi.

Bah, pas vraiment difficile non plus.

Un peu de gadoue.

Quelques ronces et autres herbes vaguement urticantes.

Deux ou trois vagues hésitations à des bifurcations de chemins de terre.

Mais bon, le soleil donnait la direction. Nous devions aller vers lui, plein Ouest.

Et je peux vous dire que Choupi a adoré.

Elle a gazouillé comme jamais. Poussant constamment de puissants cris aigüs accompagnés de charmants sourires…

On se demandait si nous arriverions à entrevoir discrètement ces poneys sauvages [cavallini] qui peuplent le magnifique plateau de la Giara di Gesturi .

Et puis finalement, on en a vu. Par dizaines. Pas farouches pour un sou.

Paisibles, sereins. Tout comme la lumière d’une belle fin d’après midi chaudement ensoleillée.

Cette lumière là, elle allait véritablement nous émerveiller quelques minutes plus tard, au Pauli Maiori…

Be cool, be open.

UU

ps: Question subsidiaire – Savez-vous ce qui figure sur la deuxième photo [celle du bas donc] ?

Les babillages de Choupinette

Plusieurs blogueu(r)(se)s m’ont invité à mettre en ligne mes échanges en viêtnamien avec Choupinette.

Voilà qui est fait. ;o) [41 secondes]

Un véritable échange s’installe avec Choupi alors qu’elle n’a pas encore 4 mois.

Douce Marie et moi jouons, discutons mais surtout rions beaucoup avec Choupi.

Quelque chose d’indescriptible – je crois – pour qui n’a pas encore été parent…

Les autres sauront – forcément – de quoi je cause, là.

Quelque chose de charnel, d’organique qui suscite un véritable émerveillement persistant.

Quoi d’autre ?…

Je dois également vous dire que Choupinette continue de faire ses nuits [de 9 heures du soir à 9 du matin en moyenne. En tous cas, depuis fin août [l’air pur du Gers assurément], elle ne s’est pas réveillée une seule fois durant la parenthèse nocturne. Tout en grandissant et têtant allègrement par ailleurs.

En fait, je crois qu’elle est cool et open, notre Choupi.

Comble du raffinnement, Choupi ne pleure plus le matin en se réveillant.

Elle nous appelle.

Et nous sourit dès que douce Marie ou moi pointons notre nez au dessus de son lit.

Le bonheur dans ses yeux et sur ses lèvres tous les matins.

Que demande le peuple ?

En bonus, son gazouillis du matin. Plus exactement, son "appel" pour qu’on vienne la prendre dans nos bras, ivres de bonheur et d’amour maternel/paternel. Enregistré hier, dimanche, à son insu, dans l’obscurité de sa chambre d’enfant. [60 secondes]

Be cool, be open.

UU

Une nounou viêtnamienne

J’en ai les larmes aux yeux.

Douce Marie y croyait pourtant, elle.

Depuis le début.

Elle n’a pas arrêté de me pousser, de me dire de me bouger.

Et tout d’un coup, tout s’est débloqué.

Après des dizaines d’entretiens téléphoniques…

Après un paquet d’entretiens en face en face avec des nounous potentielles…

Françaises.
Africaines.
Portuguaises.
Marocaines.
Viêtnamiennes [on en a vu 2 seulement]…

On vient de trouver la perle rare. Enfin, je crois.

Croyez moi, avec tous les critères que nous avions, on commençait à désespérer.

Ne serait-ce que sur la question de la sécurité dont il faut faire preuve pour garder un bébé…

On vient ainsi de confirmer notre proposition d’embauche.

Samedi prochain, on signe le contrat de travail.

On sera parents-employeurs…

D’une nounou viêtnamienne

parlant français
parlant viêtnamien
qui sait lire le français et le viêtnamien
qui a passé avec succès les tirs de barrage de nos 30 questions [véridiques…]
dont plusieurs questions pièges sur la sécurité, l’hygiène, les capacités d’initiative
qui a de l’expérience de garde d’enfants [10 ans]

qui semble aimer les enfants, du moins qui a de la tendresse pour eux
qui est formée et diplômée [institutrice en maternelle]
qui accepte de se déplacer dans le 9-cube, chez nous quoi
qui a la nationalité française et qui est donc en situation régulière
qui a des références qu’on a pu vérifier
qui a donc des anciens employeurs satisfaits
qui a déjà gardé des enfants eurasiens [père viêt et maman française !…]

enfin qui a réussi à enseigner le viêtnamien rudimentaire – celui que je parle – à ces derniers

On a cru rêver avec douce Marie…

J’avais écrit dans une note du 2 juin 2006: "Si seulement Choupinette pouvait parler [le viêt] comme moi, le pari serait gagné."

Aujourd’hui, cette douleur [de perdre ma langue ou plutôt de ne pas réussir à la transmettre] s’estompe.

Et ça me donne les larmes aux yeux.

Pas pour moi.

Pour Choupinette.

Des larmes de joie donc.

Car désormais, il sera *probable* qu’elle puisse plus tard parler viêtnamien.

Be cool, be open.

UU

ps: pour fêter ça, je commence aujourd’hui un cycle de photos que j’ai prises lors de mon voyage au Viêtnam en 2004.
Vn2004paysage1

[Légende photo: Jeu d’enfants sur une barque, dans la baie d’Halong]

      

Sérénité en pays gersois

Est-ce un hasard si Choupinette a commencé [fin août] à faire ses nuits dans le Gers ?

L’air de cette campagne là lui a procuré, s’il en était besoin, un supplément de sérénité.

La Dolce Vita finalement.

Alors, le Gers, Toscane française ou pas ?

Be cool, be open.

UU

Légendes photos: Quelques photos de la campagne à proximité de la ferme des grands-parents de douce Marie, de très beaux villages du Gers [Lectoure, Lavardens, La Romieu] et … aussi la fabuleuse et succulente [véritable] prune d’Agen. ;o)

Gers1

Gers2

Gers3

Gers4

Gers5

Gers6

Gers7

Gers8

Gers9

Gers10

Gers11

Gers12

Gers13

Gers14

Gers15

Gers16_1

De la tendresse, des mains et de ses arrière grands-parents

MamyC’était déjà quelque chose qu’ils puissent la voir au bout de quelques jours, à travers quelques photos. Mais cela en est une autre que de la tenir dans leurs bras.

Ces instants d’émotions allaient être annoncés par leurs larmes de la veille dans l’attente impatiente de la rencontre avec leur arrière petite-fille [du côté de douce Marie, en plein cœur du Gers].

Instants de bonheur, uniques comme le sont toutes les premières rencontres.

Plus de quatre vingts ans les séparent mais une tendresse touchante s’est installée au premier contact visuel. Ce qui est remarquable, c’est que tout cela se lit dans leurs belles mains vieillissantes…

Elle est pas belle, la vie ?

Be cool, be open.

UU

Papy

De l’art de la sieste musicale selon les manières d’une juillettiste (*)

[Note : L’année dernière, je vous avais concocté une playlist particulière, dédiée en fait à Annie-Claude en partance pour la Polynésie française. Mais l’année dernière, ma play-list estivale ne s’était pas encore enrichie des nouvelles fonctionnalités technologiques telles que le dewplayer et autres logiciels MP3 qui rétrécissent à l’envie la taille des fichiers. Cette année, tout est écoutable et cependant très recommandable… ;o) Bref, du bonheur pour les oreilles. Attention, les liens MP3 resteront actifs seulement quelques jours. Ils seront inexorablement détruits avant le départ définitif en grandes vacances. D’ailleurs, ceci est ma dernière note avant fin août/début septembre.]

(*) NdUU : La juillettiste en question est bien entendu [DJ] Choupinette.

Cette petite, en plus d’être adorable [oooh, le papa gaga que je suis devenu ;o)], a la bonne idée de dormir comme un loir.

De parole de pédiatre bien sous tous rapports, la capacité à dormir est probablement héréditaire.

Bien sûr, les facteurs culturels [tels que rythme des parents, angoisse des parents, physiologie du tube intestinal du nouveau-né, température de l’air et vitesse du vent, etc.] comptent également largement pour le bon enchaînement des phases de sommeil agité et de sommeil profond.

Mais bon, la nôtre de bout’chou semble avoir un ascendant Loir en plus d’être du signe du Chien [de Feu]. Ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Elle fait de longues plages de siestes, matinales ou after-lunch. Elle roupille en faisant des mimiques de plus en plus expressives. C’est en fait tout un roman à la regarder dormir, vous verriez…

Et surtout, elle réagit à la musique. Pas n’importe laquelle. C’est à dire qu’elle a ses choix déjà marqués, la p’tite.

Alors, en exclu mondiale, la play-list estivale, écoutée et approuvée par DJ Choupinette. ;o) A déguster impérativement à l’heure de la sieste.

Pour une sieste musicale sereine comme l’illustre brillamment Choupinette, là, sur notre lit…

Sieste

Bach –Variations Goldberg (version de 1955)
Forcément par Glenn Gould, le passionné de Bach. Celui qui vit sa musique dans ses tripes et qui chantonnerait presque en jouant tellement il y met de son corps et de son esprit.

Chopin – Valse Op. 69 (posthume)
Une interprétation aérienne et brillante par Maria-João Pires.
Cette valse, elle me faisait rêver, voyager, quand j’avais vu l’Amant, de Jean-Jacques Annaud, il y a bien des années. Avant même de connaître douce Marie. Elle nous a suivie cette mélodie, jusqu’au jour de notre mariage puisqu’elle a ouvert le bal… Une valse sublime, où l’on a qu’une seule envie, celle de laisser son âme danser et tournoyer avec le temps.

Rachmaninov – Concerto pour piano n°2
Une interprétation pleine de lyrisme et de mélancolie toutes slaves par Hélène Grimaud. Ce premier mouvement, ici présenté dans son intégralité (un peu moins de douze minutes), émeut Choupinette à un point difficile à imaginer ! Dans les phrases mélodiques calmes, un sourire apaisé apparaît sur son visage, lequel précède un sursaut lorsque les notes plus graves se déchaînent les unes après les autres. C’est en levant les bras, soudainement, qu’elle manifeste toute sa compassion avec la douleur de cette musique russe. Et nous de la regarder s’émouvoir à chaque fois que l’on lui remet ce concerto dans les oreilles.

Cat Power – The Greatest
L’album préféré de Choupinette. Elle le met dès qu’elle le peut. Parfait pour une sieste musicale en clair-obscur. La voix veloutée de Cat Power et ses belles mélodies font de cet album un parfait recueil de berceuses pop rock.

Belle & Sebastian – Ease your feet in the sea
Choupi [son petit nom ;o)] est du genre cool, vous l’aurez compris. Et cela saute aux yeux – ne trouvez-vous pas ? – à la vue de ses petits petons ? Alors, quoi de mieux que cet hymne à la cool attitude des petons de Chouip [référence au titre du morceau – d’autant plus qu’on est en aprtance pour la Bretagne Sud !] ? Belle & Sebastian, c’est plutôt cool aussi, de façon générale. Pas prise de tête, une pop légère, parfois insouciante.

Eiffel – Dragqueen
Ce morceau [tube des ondes françaises en 2001 – depuis, pas beaucoup de niouzes de ce groupe de rock français], douce Marie lui a chantonné l’autre jour. En surimpression du morceau qui tournait dans la chaîne. Par une chaude après-midi. On avait peur que cela fasse trop *bourrin* pour Choupinette. Mais non… Elle a aimé, elle a acquiescé en souriant puis… s’est endormie sur le reste de l’album. Cependant, Dragqueen, c’est pas le bon terme. Je la verrais bien, Choupi, plus tard, en Dancing Queen [d’Abba]. A nous faire des rocks endiablés toute la nuit et nous faire mourir d’inquiétude en raison de l’heure tardive de son retour à la maison… ;o)

Tiens parlant de truc bourrin, j’ai toujours pas osé lui mettre les Arctic Monkeys. Héhé ;o) J’ai peur qu’elle saute d’un coup de la table à langer ! ;o)

Air – Cherry Blossom Girl
Faut pas croire, mais elle écoute aussi des trucs très sages, Choupi. Air, par exemple. Tranquillou, de la bonne petite électro de chez nous. Tranquillou, j’vous dis… Et puis, ce titre lui va si bien. Pas comme un gant. Mais plutôt comme une p’tite chaussette rose taille 14. ;o)

Mariza – Ha uma musica do Povo [NdT : Il y a une musique du Peuple]
Je crois que Choupinette aime les belles voix de femmes. Comme son père. Mariza donc, que vous connaissez déjà. Plus tard, quand elle aura le cœur un peu plus solide, ce sera Beth Gibbons puis PJ Harvey qu’elle pourra mettre sur les platines. Pour l’instant, on fait dans la douceur du fado portuguais.

Gabriel Rios – Broad Daylight
Pour finir, last but far from being least. Ze tUUbe of the sUUmmer ! En tout cas le nôtre. ;o) Une pointe de musique latino, un soupçon d’électro, et un petit rythme qui ferait trémousser les popotins les plus récalcitrants. Mille fois mieux que les Choristes, le joli chœur enfantin en arrière plan fait fondre et le cœur et les oreilles.

 

 

Bon allez, adios amigos ! On se revoit à la rentrée, p’têt à Bazoches [le conseil des ministres du Blogouvernement aura lieu dans le Morvan, les 18-19 et 20 août] pour celles et ceux qui y vont. D’ici là, douce Marie, Choupinette et moi chantons en cœur :

« Be cool, be open » lala lala lalalala.

UU

MAC 45 : Choupinette et les lapalissades

Autant vous le dire tout de suite, je ne publierai pas tout de suite des photos de Choupinette sur le blog, du moins de son visage.

Comprenez le, comprenez moi.

Ben oui quoi, cette intimité, on veut la garder pour nous. Au moins pendant quelques temps…

Par contre, après la franche rigolade à Montcuq en 2005, il y a désormais Bazoches [en Bourgogne] le 18 août 2006 pour notre 3ème Conseil des Ministres de la Blogosphère [tout le monde y est invité, blogueurs ou pas !]. On s’y croisera peut-être et nous aurons alors le plaisir de vous présenter Choupinette ! ;o)

Ceci étant dit, maintenant que je refais surface, je vais devoir vous soumettre quelques lapalissades qui m’ont traversé l’esprit après cette première semaine de Choupinette passée sur cette Terre.

Mac_choupinette_1Lapalissade #1

La venue au monde a quelque chose d’absolument extraordinaire.

Existe-t-il un système fabriqué par l’homme qui puisse résister au choc de la naissance ?
Tout ce basculement d’une alimentation et d’une oxygénation par voie ombilicale vers un système bucco-pulmonaire, comme ça, d’un coup, le temps d’un petit cri de nouveau-né ? Et je ne parle même pas de l’alimentation…

Mac_choupinette_2Lapalissade #2

L’attachement à son enfant est quelque chose que l’on porte en soi.

Oui, me direz-vous. Mais cela n’allait pas forcément de soi, surtout quand je repense à mes interrogations d’il y a quelques jours… Qui sait répondre en trois mots à la question "C’est quoi ‘être père ‘?". Aujourd’hui, je trouve qu’il n’y a rien de plus naturel. Choupinette est notre fille et elle nous émerveille un peu plus tous les jours, douce Marie et moi. Je lui parle et elle m’ *entend*. Avant hier, elle a commencé à faire ses premières risettes. De quoi faire fondre le plus costaud des malabars…

Mac_choupinette_3

Lapalissade #3

Un nouveau-né est un être doté d’une intelligence innée extraordinaire. Ne lui manque que la parole.

Je crois bien que ce n’est pas qu’une impression. D’ailleurs, on nous le conseille à la maternité de leur causer aux nouveaux-nés, surtout à la tombée de la nuit.

Je lui cause, donc. De pleins de choses. Je lui dit tout notre amour. Mais pas seulement. Elle écoute. Pas par ses oreilles. En tout cas, pas seulement. Elle entend et comprend par le timbre de ma voix, par le contact avec ma peau, par mon regard.

Elle *sait* quand toute mon âme est tendue vers elle. Elle *sait* aussi quand j’ai la tête ailleurs. Je le sais parce que je l’entends.

J’ai lu cette semaine qu’un père apaisé aide significativement à l’affrontement de l’angoisse que représente la nuit pour un nouveau-né. J’ai aussi lu cette semaine [a posteriori donc] que le sentiment qu’avait la mère lors du travail d’accouchement présageait de plein de choses en suite de couche. Ca tombe bien, mon accompagnement [dixit douce Marie ;o)] lui a fait du bien, beaucoup de bien. Peut-on même parler de bien-être pour un accouchement ?

Be cool, be open.

UU

ps: l’absence de commentaires de ma part est seulement une manifestation de mon manque de temps, hein. ;o) C’est que le nombre de couches à changer par jour est plutôt élevé… ;o)
Encore une fois, merci INFINIMENT de votre sympathie bloguesque !

3,2 kgs et 49 cm

Vous vous rappelez cette note sur le chiffre Trois ?
Moineaux_maternit

Ben voilà, 3,2 kgs et 49 cm plus tard, nous y voilà… Trois comme cette triplette de piafs, saisie en plein vol au sein de la maternité où douce Marie a accouché.

Choupinette est née le 1er juillet et… qu’est ce qu’elle est belle !

Be cool, be open.

UU

ps pour les inquiets : Quelques complications sur la fin [surtout pour douce Marie] mais tout rentre dans l’ordre. Tout le monde va bien et c’est bien le plus important.

ps pour les footeux : douce Marie avait prédit que la France gagnerait aujourd’hui contre le Brésil. La dernière fois, c’était pour notre mariage en juillet 1998. Et c’était déjà France-Brésil. Ce duel accompagne les événements les plus heureux pour douce Marie et moi. Il ne pouvait en être autrement le jour de la naissance de Choupinette. ;o)

24H Chrono d’une fin de grossesse : les derniers épisodes

Comme il est certain que je ne pourrai pas faire la version 24H Chrono le jour J, voici en exclusivité le contenu des épisodes passées et à venir.

Semaine dernière, le 21 juin: C’est à cette date [soit J-10] que la moyenne statistique se situe pour les femmes enceintes d’un premier enfant. Dans cette situation, la majorité des futures mères ont des contractions qui provoquent la naissance, 10 jours avant terme.

Seulement 10% des femmes donnent naissance au delà du terme, pour un premier enfant. Je crois comprendre que la fatigue, les transports en commun ont un lien direct avec cette naissance avant terme. Mais douce Marie a eu cette chance d’aller travailler tous les jours à pied, à 10 minutes de chez nous. Alors…

Cela dit, aucune inquiétude pour ces naissances avant terme puisque le bébé est physiologiquement complet à 8 mois. Au delà de 8 mois, c’est que du rab’ ! ;o)

Hier, 27 juin : Dernier rendez vous à la maternité avant le terme. Les contractions se régularisent en restant vaguement irrégulières. C’est bon signe, c’est normal en fin de grossesse.

Après demain, 30 juin. Terme officiel. Elle aura pile 9 mois notre Choupinette. A partir de là, on se voit toutes les 48 heures à la maternité. On  surveille tout en détails.

2 juillet. Rendez-vous déjà pris pour le suivi. On l’a mis l’après midi, cela évitera les bouchons automobiles.

Douce_marie_0606_small_24 juillet. Le dernier rendez-vous potentiel à la maternité. Dans tous les cas, on prépare ce jour là le déclenchement pour le 5 juillet. Au delà de cette date, le placenta ne peut plus assurer son rôle d’oxygénation. C’est la fin du rab’.

Au plus tard le 5 juillet, à 8 heures, on va à la maternité pour la naissance.

La valise pour douce Marie et Choupinette est prête depuis dimanche 25 juin. Un peu d’angoisse  s’installe dans cet intervalle temporel. Alors on rigole avec douce Marie pour faire passer le temps…

En fait, j’écris 24H Chrono mais c’est plutôt les Sopranos qui nous
accompagnent depuis 10 jours. Douce Marie a littéralement avalé les
dévédés des saisons 1 et 2. On a démarré hier la saison 3… Et c’est
vrai qu’on se marre beaucoup… Enfin, si on peut qualifier de drôle les vicissitudes d’une famille de mafieux du New Jersey… En gros, Guerre et Paix de Tolstoï croisé avec Le Rouge et le Noir de Stendhal, tout ça mixé au shaker avec Scarface [ça vous aide plus là ?]. En tout cas, les personnages ont une densité psychologique impressionnante. D’où sûrement l’attachement à cette série… Avec l’avantage [énorme] de ne pas voir
passer le temps.

The_sopranos

Tales_french_1cover
La dernière fois que j’ai eu une fringale de séries, c’était à la lecture des Chroniques de San Francisco il y a deux ans. J’avais tout lu [6 tomes je crois ?] en deux semaines. En fait, y a pas à dire, les américains [reconnaissons le] ont un inimitable talent de narration. Et à l’heure d’une grossesse, je vous assure que c’est un cadeau béni des dieux. ;o)

Be cool, be open.

UU