Conseil des Ministres printanier du BloGouvernement – Les tripes de la République

Droit à l’image

Pour tous droits à l’image ou si vous souhaitez tout simplement faire enlever votre trombine de là, dites le moi et je m’exécuterai.

Les noms ne sont pas cités en légende des photos pour cette raison là.

Rappel important pour ceux qui vont publier leurs photos sur leur propre blog: Ne pas mettre en ligne de photos de face de Choupinette, notre fille.

Bon sinon, c’était bien ?

Ben oui.

Même si j’ai vaguement déblogué, je vais faire une autre entorse en faisant un rapide compte-rendu de notre Conseil des Ministres printanier du BloGouvernement.

Pour les nouveaux venus et les nouveaux ministres nommés au sein du BloGouvernement, ce rapide rappel [les liens font référence aux notes publiées sur mon blog seulement. Pas eu le temps de refaire le rappel des nombreuses notes publiées dans la blogosphère ces occasions. Chez Jlhuss, y a tout sur tout. ;o)]

1er Conseil des Ministres du BloGouvernement : Montcuq en août 2005 – Lire ici et

Le 2ème : Guyancourt en mai 2006 – Lire ici et

SénatLe 3ème : Bazoches en août 2006 – Lire ici et

Le 4ème : Ben, celui de samedi, au Sénat [photo à droite].

Nous voici donc, un samedi après midi au troisième sous-sol du Sénat, véritablement dans le ventre, que dis-je, les tripes de la République. Salle Gaston Monnerville que je salue bien bas.

Ma bôUUate à images

200703-blog-politique-senat-bd.1175426815.jpg

Lien vers la photo pêle-mêle en haute définition [2,4 Mo – 1600×2801]

Dommage que la plupart était partis lorsqu’on a pensé à faire la photo du BlogGouvernement sur les marches du Palais du Luxembourg…

Pour celles et ceux qui veulent récupérer en haute définition leur photo(s) : Lien vers le lieu de stockage temporaire de toutes les photos utilisées dans le pêle-mêle.

Et ça a vraiment causé de trucs intéressants ?

Ben oui. Malheureusement oui [malheureusement, parce que ça me frustre encore plus d’avoir déblogué].

Comme dit Jlhuss , tout ce que nous faisons est politique.

Quitterie Delmas veut changer son monde par un idéal centriste.

Dire que je croyais que seule la gauche était capable de faire rêver.

Dominique s’est tellement prise au jeu des blogs [politiques ou non] qu’elle en ouvre presque un par mois. ;o)

Pierre-Jules Gaye a souligné avec force et émotion l’impact que peut avoir les blogs sur le monde, au delà de son propre entourage.

La clé du succès [non pas en termes de trafic mais en termes de contribution à la chose publique] d’un blog est d’y mettre sa propre humanité dans son écrit.

Avoir quelque chose à dire, un témoignage proprement humain.

Et non simplement un copier-coller des kits de communication envoyés par les partis politiques à leurs militants.

On ré-enchantera peut-être ainsi cette foutue grisaille politique.

Christophe Grébert de [MonPuteaux.com] a été impressionnant. De par son témoignage et de par son impact citoyen sur le déroulement des conseils municipaux de Puteaux. Ses podcasts de ces conseils ont amené son maire à … faire son travail de maire tout simplement : justifier et argumenter les décisions prises pour la ville. Et non plus s’imposer arbitrairement, sans débat, sans concertation, sans explication.

Cela dit, j’ai vaguement soulevé quelques agacements dans la salle [volontairement, héhé ;o) non, on ne se refait pas] en faisant le parallèle des blogs citoyens et politiques avec la démocratie participative.

Fraise a proposé une synthèse [non adoptée au congrès Mans malheureusement ;o)] qui a fait mouche dans la salle.

Le blog est une participation active à la démocratie et n’a rien à voir avec l’actualité présidentielle du PS.

Nous sommes tous tombés d’accord sur ça.

Bloguez donc citoyens.

Et surtout, continuez à faire de la politique, tous les jours.

Qu’elle [la politique] soit par le biais de votre blog, de votre action citoyenne dans la vraie vie ou dans une discussion de café du commerce dans votre quartier.

Ne restez pas indifférent et notre République ne s’en portera que mieux.

Bref, je n’ai pas cité Jean-Paul Chapon , Hrundi , Olivier SC [article sur le BloGouvernement], Arnaud Sanchez , Luc Mandret , Yo-Cox , Framboise Acide [article sur le BloGouvernement], Eric Hochet , ni Fabien Neveu de Démocratie Active . Mais le débat, grâce à leurs interventions également fort à propos, fut fort riche au final.

Pour faire court: l’outil politique de demain sera-t-il le wiki ? De la responsabilité politique du blogueur sur son contenu ? Pour qui écrit-on dans un blog ? Blog et démocratie appliquée ?

Sans oublier Lana et le rappel du retour en force de la chose bien écrite !

On a fini sur un pied de nez de Pierre-Jules Gaye qui me va à ravir. Et qui explique en partie aussi ma déblogalisation.

Finalement, la politique, on s’en remet.

Y a finalement d’autres choses plus importantes dans la vie.

Et heureusement.

Alors, ne nous prenons pas au sérieux.

Et faisons comme Jlhuss à qui j’emprunte sa maxime de vie:

« En cas de morsure de vipère, sucez-vous le genou, ça fait marrer les écureuils« . P. Desproges.

La bizz à toutes et à tous.

A bientôt, peut-être chez Jlhuss s’il m’accepte dans son blog du 3ème âge pour bloggeurs retraités de la blogosphère. ;o)

Be cool, be open.

UU

ps: Le Monde.fr s’est fait l’écho de cet événement de blogs. « Quand engagement politique et blog vont de pair. » Reste un oubli majeur dans cet article. UU a été promUU Ministre d’Etat à la botte du BloGouvernement. Ministre d’Etat !? Héhé, c’est ma môman qui va être fiérote de son petit rejeton. ;o)

Pensée du vendredi #22: Un enfant aujourd’hui, hier et demain – ou du bon usage de l’autorité paternelle

Je ne sais pas ce qui m’a pris…

Mais voilà, alors que je suis débordé de boulot [deux nocturnes cette semaine…], j’ai répondu par un long commentaire à une note sur le blog de Marcel Gauchet [vous savez, le fameux auteur du « Désenchantement du monde » ?… A ne pas confondre avec Mylène Farmer , hein…]

.

Bon bref, c’est fait. Et je me suis dit après coup, que ce serait un parfait sujet de Pensée du vendredi, ne trouvez vous pas ?

[NdUU: à ce stade, vous pouvez mettre Mylène sur « pause » pour lire la suite – ou non d’ailleurs… ;o)]

Je vous laisse juge:

« Le mot d’introduction me fait penser à un vieux débat [NdUU de la note sur le blog de Marcel Gauchet], entre les parts respectives de l’inné et de l’acquis pour un enfant.

Bien entendu que l’enfant n’est pas le même car la société n’est plus la même, et ainsi la part de l’acquis évolue en conséquence. Justement, l’enfant est désiré. Et il le sait. Très tôt en plus…

Cela dit, l’enfant reste toujours qq chose d’universel. Un processus biologique qui suit (pour l’instant) une voie immuable, mélange génétique du père et de la mère. Et dans une société donnée, dans un environnement culturel donné (un pays pour schématiser), son accueil est normalisé: il est soit célébré, vénéré (le fils en Chine…) soit « bienvenu » tout simplement (un parmi tant d’autres, au milieu d’une mortalité infantile galopante par exemple).

Et cette universalité, j’aurais tendance à vouloir croire qu’elle traverse les générations. Mais pas forcément les siècles (voir ma remarque sur l’acquis).

Quant à la remarque sur l’autorité, j’ai un doute. On (les pères…) peut tout autant « mieux aimer » ses enfants, participer à la vie familiale, faire la cuisine et tout autant garder des principes d’autorité (je ne parle pas d’autoritarisme, hein).

Si je peux me permettre, cela me fait penser à la perception erronée qu’ont les DRH d’aujourd’hui sur ces jeunes qui pensent AUTANT à leur RTT qu’à leur réussite professionnelle. Et oui, cela est possible. De la même façon, on peut être un « nouveau père » et faire preuve d’autorité. C’est en tout cas ma conviction. Sans pour autant nier qu’il peut exister de façon plus répandue qu’auparavant une perte d’autorité du père.

Je ne crois pas non plus à la nécessité du conflit pour construire une personnalité, et a fortiori pour rendre de futurs jeunes adultes heureux…

N’est-ce pas parmi les enfants de divorcés qu’on retrouve la reproduction du modèle parental, et donc du divorce de manière plus fréquente ?

Pour vous paraphraser, « plus je t’aime, plus je te donne confiance en toi, en la vie et ta capacité à devenir un être autonome en t’accompagnant. Et donc plus tu auras des chances d’être heureux ».

Pour finir sur une boutade: quel serait le rôle protocolaire de la première dame de France si cela devait être François Hollande. Questions maintes fois soulevées dans les médias mais la société s’y adaptera [la société est auto-adaptative, de manière endogène].

De nouveaux rôles sociaux sont ainsi à inventer. La perte de l’autorité du père n’est pas une fatalité négative non plus. Même si cela peut expliquer certains symptômes ou maux constatés dans la société française (celle des banlieues, peut-être ?).

Non ? »

Voilà.

Et bon ouik’ à toutes et à tous.

Be cool, be open.

UU

BonUUs enfantin: Choupi, dans le Gers samedi dernier – à l’anniversaire des 80 ans de son arrière grand-mère. Elle dort dans la poussette dans laquelle a grandi douce Marie, il y a maintenant quelques années…

choupi-gers.1172845359.jpg

Un dimanche à Belleville

La danse du Lion [lân en viêtnamien]

Puisque l’année sera faste, autant fêter cela dignement, n’est-ce pas ?

Avec quelques ami[e]s, nous nous attablâmes, en ce dimanche de la nouvelle année, au Président, à Belleville.

Bien nous a pris, puisque s’est alors déroulée sous nos yeux la fameuse danse du Lion.

tet-belleville-lan-small.1171892370.jpg

C’est en fait un anymal mythique, entre lion et licorne, que l’on doit ainsi courtiser puis honorer avec des offrandes et de la nourriture pour le sustenter [dont le chou vert ou encore salade – car comme on le sait, les lions sont végétariens en Asie…], avant de l’éloigner avec grand fracas [pétards et/ou percussions] pour chasser les mauvais esprits pour l’année qui commence.

Bánh chưng

Un autre incontournable du Têt [nom viêtnamien du nouvel an chinois]: le « bánh chưng » !

Vous le connaissez déjà en fait [lire cette note de l’année dernière…].

banh-chung.1171893065.jpg

Pas question de vous souhaiter la nouvelle année sans un morceau de ce riz gluant en bouche ! ;o)

Chúc mừng năm mới !

Les murs ont la parole [sUUréaliste]

dsc_9825_1.1171893520.JPG

Sur les bons conseils de périgrinations de Laparizienne, nous déambulâmes en sa compagnie en direction du Parc de Belleville.

dsc_9827_1.1171893914.JPGChemin faisant, c’est à une promenade surréaliste qu’elle nous a conviés.

Une histoire de loup qui allait manger un graffeur, sous les yeux pleins d’orgasme d’un lapin et d’une poule un coq qui célébraient comme il se devait l’entrée de plein pied dans l’année du Cochon de Feu.dsc_9831_1.1171893993.JPGFaut dire que Madâme mettait elle aussi le feu à la baraque avec son spectacle olé olé.

Diantre, mais où va le monde ?

Angoisses murales d’une civilisation

Et bien, mesdames zé môssieurs, ce monde là [le nôtre], il semble aller, droit dans le mur.

Littéralement.

Ainsi résumés en un pan de mur les défis, nos défis pour demain, dans un magnifique graffiti.A ce stade, on devrait plutôt parler de fresque.

Dans l’ordre d’apparition des clichés :

Schizophrénie – Urbanisation – Vieillesse
Guerre – Désespoir – Eros et Thanatos
Asie – Vengeance – Religions

dsc_9850_1.1171893322.JPGdsc_9837_1.1171894729.JPG dsc_9838_1.1171894162.JPG dsc_9841_1.1171895042.JPG

dsc_9842_1.1171895122.JPG dsc_9843_1.1171895199.JPG dsc_9844_1.1171895303.JPG

dsc_9847_1.1171895356.JPG dsc_9848_1.1171895396.JPG dsc_9867_1.1171895565.JPG

And the wind cries Mary…

Notez que, à tort ou à raison, la pollution, l’environnement ou le développement durable, et bien ce mur s’en contrefiche.

Comme l’aurait chanté Jimmy, là bas, au fond du mur : And the wind cries Mary…

Ou sinon voir Jimmy chez la Parizienne . C’est encore mieux.

Purge de beauté

Rien de plus naturel finalement que cette absence…

Pourquoi se préoccuper de l’avenir [inquiétant] lorsque le présent est aussi doux que ce dimanche au Parc de Belleville .

dsc_9912_1.1171897357.JPG dsc_9882_1.1171897486.JPG

Un peu de douceur, voyons !

Prenez donc le temps !

De l’immobilisme – enfin – dans ce monde épris de vitesse et d’instantanéité !

Arrêtez vous, et prélassez vous dans les bras de votre douce, dans le creux d’une butte.

Et mirez, autant que faire se peut, la Dame de Fer noyée dans le smog parisien.

Un monde frappadingue

Au coucher du soleil, nos pas nous confrontèrent avec le Carnaval de Paris.

Bien entendu au rythme de la samba.

Jeunes gens ! Profitez-en pour faire la fête car notre monde se dérègle.

D’abord la vache folle. Puis notre climat.

Ben voyons… Un igloo, rue de Belleville. Avait-on jamais vu ça de mémoire de parigot [tête de veau – fou, bien entendu] ?

dsc_9919_1.1171898127.JPG dsc_9931_1.1171897974.JPG

Tout fout le camp

Même les graffeurs s’embourgeoisent.

Vraiment, rien ne va plus.

Mais est-ce un mal ?

dsc_9944_1.1171898371.JPG

Chansons d’amour d’hier et d’aujourd’hui

Heureusement, notre journée [fort chargée au demeurant] se termina par cette note optimiste.

Chansons d’amour d’hier et d’aujourd’hui [voir la photo de gauche, ci-dessous].

Tout un programme !…

dsc_9936_1.1171898852.JPG dsc_9939_1.1171898670.JPG

Dans un bar populaire de Belleville, haut en couleurs, dans une ambiance festive et bon enfant.

Bon enfant…Ca tombait bien, Choupi a adoré.

Y compris le dernier morceau lorsqu’on a quittés le bar: c’était du Jimmy Hendrix, encore lui.

Dingue, ce dimanche à Belleville.

Be cool, be open.

UU

2007: Be cool, be cool, be cool and be open

Ayé…

On part dans quelques heures pour Roissy. Direction Toulouse [my mum & dad] puis le Gers [les arrière grands-parents de Choupi]…

A very Happy New Year à tout le monde

que vous soyez en France, en Allemagne, au Québec, dans l’Ontario ou à Cancale ! ;o)

N’oubliez pas que c’est bientôt Noël aussi:

Alors, Merry Xmas et des bises sincères à toutes et à tous.

Ah… au fait, si vous avez envie de cogiter pendant ses vacances:

On passe la nouvelle année avec douce Marie et Choupi sur une île [last minute low cost tickets].

Laquelle ? [voir sondage ad hoc]

Ce n’est pas un indice mais ça vous bercera à défaut des Jingle Bells qui tournent en boucle dans les ascenseurs ces derniers jours:

Le morceau préféré de douce Marie en ce moment: le soleil dans son sourire à chaque fois que ça passe à la radio ou à la maison. Ca s’appelle Praising, et c’est de Groundation [un machin terriblement entraînant qui se situe à mi chemin entre dub et reggae roots, avec un soupçon groovy et jazzy à certains moments… ;o)].

Enjoy !

Tenez, puisque j’y suis, parlant de reggae… Voici du reggae burkinabé anti-… Sarko !

Après avoir vu chez Dom’ le lien original [en fin d’une note touchante et particulièrement émouvante], après avoir vu que le site original de Zêdess était fermé pour raisons obscures, fallait bien aller sur Daily Motion la retranscription de cette vidéo subversive.

Ne nous étonnons pas que Sarko devienne impopulaire aussi en dehors de la France !

Pour ma part, on m’a toujours dit de ne jamais oublier d’où je viens…

Dailymotion blogged video
Sarkozy, l’Hongrois chez les Gaulois
Vidéo envoyée par maphia

Si ma vidéo ci-dessus dysfonctionne, allez la voir directement.

Be cool, be open in 2007 !

UU

ps: Au chapitre des bonnes résolutions de 2007, je ne sais pas si je vais pouvoir bloguer à nouveau chez vous autres… C’est que ça se passe [très] bien dans mon job et comme on dit, ça en profite pour charger la mule. Grosse responsabilité [et gros taf] à venir dès début 2007. Mais c’est pour mon bien à ce qu’il paraît… ;o) Enfin, on verra bien. En attendant, à l’année prochaine !!!…

Regard grand-angle sur Paris

Début décembre, nous prenions pour la première fois un bateau-mouche à Paris, à titre personnel.

Il y a bien eu un cocktail professionnel et un mariage il y a quelques année, mais là, ce n’était pas pareil.

Nous étions touristes. De simples touristes lambda, tout simplement.

On a regardé la beauté des quais de Seine, vue du fleuve.

Et décidément, au premier coup d’oeil, Paris est une sacrée belle ville.

dsc_8287.JPG dsc_8296.JPG

dsc_8304.JPG dsc_8313.JPG

dsc_8325.JPG dsc_8357.JPG

dsc_8372.JPG dsc_8402.JPG

dsc_8432.JPG dsc_8453.JPG

Mais le regard se porte tout à coup sur un autre sujet.

Tous les appareils numériques se tournent d’abord vers tribord, puis plus loin vers babord.

Les touristes, d’abord interloqués puis choqués pour certains [comment ça, des pauvres à Paris ?…], font entendre des murmures gênés.

C’est qu’on n’a pas [encore] l’habitude de voir ça. Que ce soit à pied ou en voiture.

De nouveaux campements de tentes précaires fleurissent un peu partout dans notre belle capitale [lire et ].

tentes8299.JPG tentes8326.JPG

Nouveau signe visible de l’exclusion.

Tentes soi-disant éphémères dans le temps. J’aurais dit « précaires », comme ceux qu’elles logent.

Pour ma part, je parie qu’elles vont former à terme un nouveau type de mobilier urbain à Paris.

Bien ancrées sur nos trottoirs comme les abri-bus [m’enfin, soit dit en passant, on n’a jamais vu un tel machin abriter un seul des bus de la RATP… Allez comprendre…].

Et ainsi, la ville sera devenu peu à peu oxymore social: on y campe aujourd’hui comme auparavant des explorateurs dans une jungle sauvage et inhospitalière.

Ma chère Choupi, cherche donc l’erreur !… Mais excuse moi, tu dors… Alors fais de beaux rêves, et demande au père Noël qu’il y ait moins de précarité et de pauvreté de par le monde.

choupi8306.JPG

Be cool, be open.

UU

DeUUx-en-UUn: Pensée du vendredi #20 et Mac 46 [Annie-Claude, Yann, Philippe et Choupi]

La pensée du vendredi #20 devait porter sur la Vacance de mon blog durant ce ouikende à venir. Mais en fait, je vais pluôt finalement parler de Vacances.

Ainsi donc, dans quelle époque vivons-nous ? Perdre sa vie à la gagner ? Gagner sa vie pour la dépenser ?

Tel est le nouveau concept du XXème siècle. Car ce mot de vacances n’existait pas auparavant [voir le dictionnaire cUUturel d’Alain Rey – passionnant].

Mais c’est que la valeur travail fait un retour en force [Ségo, Sarko… Notez que le fait que vous soyez pro- ou anti- l’un ou l’autre importe peu ici; la valeur travail cherchant à se racheter une conscience collective…] dans les débats sociétaux [et électoraux] actuels.

Alors bientôt, aurons nous honte d’être en vacances ?

Des big-boss outre-Atlantique de chez nous disent leur incompréhension du système français: Ils disent que les Frenchies bossent comme des malades [euh, moi compris…] et en même temps on serait des gros fainéants à tout le temps partir en vacances.

Ben oui quoi, d’un côté le travailleur français est l’un des plus productifs… lorsqu’il ne chôme pas. D’un autre, le même travailleur français a un semi-remorque de 12 tonnes de congés payés, de jours fériés, de RTT ou autres ponts divers et variés.

Bref, tout ça pour vous annoncer que je me mets mon blog en jachère le temps du ouikende, le temps que Breizhette peaufine son discours de clôture des Meilleurs Mots lUUs 2006, et que le BlogGoncourt 2006 ainsi que le Grand Prix du pUUblic 2006 soient annoncés.

Je ne pars pas encore en vacances, mais douce Marie et moi avons décidé hier de partir nous reposer à la campagne, pour nous remettre de nos émotions professionnelles récentes.

Le temps d’un ouikende.

Le temps d’oublier l’importance de cette valeur dite du travail.

Et pour que vous aussi passez un bon ouikende, j’ai une bonne nouvelle à vous annoncer : les MAC reviennent en force !!!

Et donc pour le prix d’une même note, je vous propose, en sus de la pensée du vendredi #20, un beau MAC 46, sur le thème des vacances…

Annie-Claude , faisant bronzette à Huahine

– Yann [non, pas celui de feu-La chimère à Babylone, un autre de la vraie vie], en Inde

– Philippe, l’heureux papa de Philéas, à buller au lac du Bourget

Last but not least, Choupi, prenant son bain. Juste avant de partir en ouikende avec nous… [C’est pas des vacances, mais presque ;o)]

Be cool, be open.

UU

mac46-v2.jpg

« Crystal Cathedral »: Pas la moindre trace de couleur ou bien si peu

[Je déclare le Concours des Meilleurs Mots lUUs … fermé !
Il me reste à publier les contributions de Fraise des Bois et Sjgc (mercredi), La Parizienne et Virgile-Virginie (vendredi) ainsi que douce Marie et moi (dimanche).
Dès dimanche, le sondage Post-It Express à droite permettra un vote populaire [le Grand Prix dupUUblic] tandis que le jUUry officiel se réunira off-blog pour désigner le BloGoncourt 2006 !]

Pour l’heure, étant débordé par le boulot depuis mon retour, je vous poste les photos de la Crystal Cathedral qu’Annie-Claude m’avait fortement conseillé d’aller voir à Orange County, en banlieue Sud de Los Angeles.

Pas eu le temps d’assister à la messe qui allait commencer [Ze Big Bro confirme le côté grand show télévisuel de ces messes…], il fallait foncer acheter des livres pour enfants en viêt pour Choupi !…

Il restait tout de même assez de photons dans l’air pour prendre ces photos [sans même avoir de trépied ! ;o)]. Et toujours avec mon nouvel objectif grand-angle 10-20 mm…

Ce qu’on ne voit pas, c’est l’étonnante homogénéité des files d’attente pour la messe. Alors que Los Angeles est particulièrement cosmopolite, on pouvait [sans exagérer] relever dans la file d’attente 99,9% de WASP’s [White Anglo Saxon Protestant]. Pas la moindre trace de couleur ou bien si peu…

Be cool, be open.

UU

dsc_7982_1.JPG dsc_7985_1.JPG

dsc_7988_1.JPG

La pensée du vendredi #19: Le rire, ambroisie des couples heUUreUUx

[Le Concours des Meilleurs Mots lUUs s’interrompt le temps d’une note qui s’impose à moi, comme souvent d’ailleurs – voir à la fin de la note. Rappel: Pour celles et ceux qui veulent participer, c’est possible tant que le dernier Meilleurs Mots lUUs ne sera pas publié. Les règles pour joUUer, c’est toujours …]

Hypothèse de travail : Le secret du bonheur [en couple] pourrait reposer sur quatre piliers fondateurs (*) dont le rire.

Prologue

Rire
Se poiler
Se marrer
Faire une blague
Se fendre la poire…

Introduction

Nous nous sommes rendus avec douce Marie et Choupi aux noces de diamant des grands-parents de douce Marie. Dans le pays gersois.

60 ans de mariage… Ca laisse rêveur…
Une question récurrente : Comment ?
Un corollaire : Pourquoi ?
Le secret de la longévité du bonheur [en couple] serait-il dans le rire ?

Aujourd’hui, j’appelle Bergson à ma rescousse [il apporte la plupart des éclairages philosophiques qui sous-tendent l’analyse du rire ci-dessous ; pour le reste, c’est une simple réflexion personnelle…]. Il va m’aider à vous expliquer ce pourquoi du comment…

1ère idée: Le rire donne un sens à l’élan vital de notre esprit.

Ce que j’adore quand on est en pays gersois [outre les victuailles], ce sont mes discussions avec le grand-père.

Des jeux de mots.
Des jeux de mots d’esprit.
De vraies pitreries, croyez moi.
Qui tournent à de véritables joutes verbales quelquefois.
Définitivement, le rire fait aborder la vieillesse avec plus de sérénité.

2ème idée: Le rire est profondément humain. Il côtoie le tragique.

L’Amoureuse

Elle est debout sur mes paupières
Et ses cheveux sont dans les miens,
Elle a la forme de mes mains,
Elle a la couleur de mes yeux,
Elle s’engloutit dans mon ombre
Comme une pierre sur le ciel.

Elle a toujours les yeux ouverts
Et ne me laisse pas dormir.
Ses rêves en pleine lumière
Font s’évaporer les soleils
Me font rire, pleurer et rire,
Parler sans avoir rien à dire.

Poème de Paul Eluard, in Capitale de la Douleur.

Derrière son apparence de superficialité, le rire permet d’accéder [mon hypothèse] au sens secret des choses. Il permet par le recul apporté d’aborder les sujets les plus graves. Et dans un couple, il y en a une ribambelle lorsqu’on a décidé d’ouvrir les yeux pour de bon.

Le rire, symbole démocratique du bonheur conjugal ?

Savoir pratiquer l’alternance, non pas politique, mais celle du rire et du tragique : voilà une idée de démocratie conjugale. C’est d’ailleurs la seule qui puisse, selon moi, valoir sur du long terme.

Car il est profondément nécessaire de voir la vie avec légèreté. Il est aussi nécessaire de l’affronter en restant droit, sans (trop) fermer les yeux. L’un permettant l’autre et réciproquement, comme deux siamois…

3ème idée: Le rire permet l’accès au plus profond de l’âme.

Alors pourquoi ?

Le rire est une rupture. Rupture par rapport à un continuum social. Par rapport à une masse homogène de rites sociaux partagés collectivement.

Le rire, en ce sens qu’il provoque cette cassure dans le masque que nous revêtons tous, à des degrés divers, permet la remise en cause. Permet la mise en perspective. Permet l’abolition de l’aliénation de notre sujet par rapport à nos angoisses, notre passé psychologique.

Le rire est l’antithèse de la vanité, de la rigidité mentale. Il corrige la pente glissante de la raideur sociale qui nous guette tous. Il remet ainsi la vie en mouvement grâce à cette plus grande fluidité qu’il apporte au quotidien. En cela, le rire nous écarte de la mort.

4ème idée: Le rire, pour décider librement d’être heureux et pour longtemps.

Le rire est alors symbole de liberté au sein du couple et incarne la prise en main de l’individu par rapport à son destin conjugal.

Car ne nous leurrons pas, le bonheur se construit. Il n’est que rarement servi sur un plateau.

N’est heureux que celui qui le veut et qui activement cherche à l’entretenir.

Selon Bergson, le rire manifeste un degré de détachement par rapport au seul souci de survie. Il y a, selon lui, dans l’humour comme dans la musique ou la peinture, une sorte de gratuité. Cette manière de regarder l’homme de manière détachée, c’est exactement ce qui convient pour regarder l’homme comme une œuvre d’art.

Le rire, très loin d’être fUUtile, apporte alors cette légitimité esthétique qui s’inscrit de façon pérenne dans le temps. Il apporte ainsi, selon moi, la démonstration que le rire au sein du couple lui donne alors un caractère durable voire atemporel. Et contribUUe à son bonheUUr.

 

 

Voilà en quelques mots, ma réponse à Juliette et à sa note.

Voilà en quelques mots pourquoi je sous-entendais chez Marie-Dan’ la confusion des genres entre amour et amitié. Car douce Marie est celle avec qui je me marre le plus, celle avec qui je m’entends le mieux. Comme une meilleure amie, l’amour en plus…

Bon ouik’ à toutes et à tous. Qu’il soit doux, romantique et … poilant ;o)

Be cool, be open.

UU

ps: Vient d’être mis en ligne le sondage ad hoc… [en haut à droite de ce blog]

(*) Les trois autres étant :
– le partage d’une même vision du monde [non pas au sens géopolitique, mais au sens des valeurs]
– la capacité de communication en son sein [aussi bien dans sa dimension d’écoute que la clarté de l’expression – fondamental pour gérer autant le quotidien que le long terme]
– l’aptitude au bonheur [cela passe notamment par une connaissance de soi profonde, de ses angoisses mais aussi de ce qui nous émerveille, l’un et l’autre – indispensable pour traverser les inévitables *crises de croissance* du couple]

13ans.jpg

[Légende photo: Célébration des 13 ans de notre premier baiser, Octobre 2006]

« All that counts is fighting for China »

[Note : Demain, la suite du concours des Meilleurs Mots lUUs avec Breizhette et Jmesuiléssépoucélacravat…] 

Parce que l’Afrique le vaut bien.

Et c’est pas Naomi Campbell qui le dit. C’est Hu Jintao.

L’événement aurait pu passer inaperçu.

Il est presque mis à part quelques éditoriaux lus de ci de là.

La chronique d’Alexandre Adler ce matin sur France Q m’a rappelé que je voulais absolument parler de ce sujet sur ce blog.

Car croyez le ou non, la Chine est véritablement en train de changer le monde.

A commencer par l’Afrique donc.

Il y a peu, a eu lien le Sommet Chine Afrique.

Partout à Pékin fleurissaient des panneaux gigantesques vantant cette « Beautiful Africa » rêvée.

Parce que oui, on n’en est pas loin du rêve là.

Plein plein plein de chefs d’états africains étaient présents.

Le tapis rouge pour le continent noir, en forçant le jeu de mots.

Pour un afflux massif de capitaux vers l’Afrique.

Un nouveau marché pour les produits manufacturés chinois.

En échange, une reconnaissance internationale et la garantie qu’on les laisse tranquille sur la question des droits de l’homme [des milliers de peines de morts sont prononcées chaque année dans l’indifférence générale, l’oubli terrible du sujet tibétain, etc.].

Mais pas que.

En filigrane, la main mise et la sécurisation par la Chine du tiers de son approvisionnement en or noir.

En jeu, l’échec du développement du continent africain dans la période post-colonialiste.

Un immense gâchis en somme pour l’Afrique, cette période là.

La Chine saura-t-elle faire mieux ?

Un collègue originaire du Sénégal me dit que les épiceries chinoises ont explosé au Sénégal. Et ce boom est plus que favorable à l’ensemble du pays car il dynamise l’ensemble du tissu économique de manière radicale.

Ce que l’Europe peine à faire dans leur coopération loin d’être unitaire malgré de quelques uns.

Mais la Chine ne le fait pas n’importe comment.

Deux symboles communistes [La Chine il y a quelques années, le Viêtnam la semaine dernière] s’attaquent ainsi à la mondialisation capitaliste en adhérant au moins communiste de toutes les organisations mondiales, l’OMC.

Elle le fait de façon calculée, réfléchie, préparée.

La stratégie de l’entrisme a toujours été la meilleure.

Infiltrer l’ennemi par l’intérieur.

C’est d’ailleurs ce dont ne peut se passer aucune puissance souveraine de nos jours.

Ce qui devrait faire vibrer les économies occidentales en panne de croissance économique, c’est le terrible alignement culturel qui se prépare.

Les religions ont été mis au abn par le communisme chinois.

Mais voilà que la Chine voit sa société se disloquer peu à peu : du fait de la montée de l’individualisme d’une part, mais aussi de la perte de sens et surtout la mise en berne des valeurs morales traditionnelles.

Je schématise bien entendu… mais tout de même.

Réponse de la Chine à cela : Le retour en puissance du confucianisme.

Forme de réhabilitation ? Non pas seulement. Pas aussi simplement.

Le confucianisme est culturellement chinois. A travers les générations. A travers les régimes politiques qui se succèdent, se sont succédés et qui se succéderont.

Et c’est là que le 21ème siècle sera d’une part spirituel, mais il sera surtout chinois.

La puissance de feu économique chinoise, alliée à un ordre conservateur et organisateur tel que le promeuvent les valeurs confucéennes vont décupler sa mainmise sur une économie mondiale.

huamulan.jpgSi vous n’êtes pas convaincus par cet argument, vous n’avez qu’à regarder cet opéra chinois, la légende de Lady General Hua Mu-Lan. Outre le divertissement plaisant d’un film datant de 1964, vous comprendrez alors pourquoi les Chinois vont se relever de leur parenthèse communiste [insignifiante à l’échelle de leur culture millénaire] et envisager les décennies à venir avec fierté, honneur et… dévouement.

Comme on peut le lire sur ce blog sur la filmographie des mythiques Shaw Brothers de Hong Kong: « All that counts is fighting for China. »

Be cool, be open.

UU

ps: N’oubliez pas le sondage ad hoc Post-It Express en haut à droite de ce blog ! ;o)

La pensée du vendredi #18: Travailler a un sens et c’est merveilleux

Vous l’avez sûrement déjà remarqué…

J’ai beaucoup de travail et suis peu présent sur les blogs, y compris le mien.

Pour vous aider toutefois à patienter jusqu’au ouikende, et tenter de donner un sens à votre dur labeur quotidien, voici une vidéo de Brother & Brother.

Vous connaissez peut-être déjà cette vidéo car elle date un peu.

Mais on se reconnaît tellement dans ces personnages.

Surtout, cela remet les choses en perspective : travailler a enfin un sens, et ça c’est chouette en plus d’être merveilleux.

Très bon ouikende à toutes et à tous. ;o)

Be cool, be open.

UU