Un doggy bag pour les vacances #2

J’crois bien que c’est ma dernière note avant de partir [jeudi].

Attention, c’est une très longue note.

Dans la plus pure tradition du doggy bag de vacances

Au sommaire:

1. Si Annie-Claude nous était contée

2. Partir loin… mais pour quoi faire ?

3. Dodo en Polynésie

3. Le grand concours de l’été: Autoportrait – Pour savoir qui vous êtes.

4. Une bande son pour bUUller comme il faut

5. Blogueurs, blogueuses du monde entier : Rendez-vous le 25 août dans le marais poitevin [BloGouvernement]

******

1. Si Annie-Claude nous était contée

Je disais donc que ce sera vraisemblablement la dernière note.

Parce qu’on court un peu partout.

Le taf, les derniers préparatifs, les dernières teufs.

Dans deux semaines exactement, nous nous envolerons pour le paradis sur Terre.

Le hasard faisant bien les choses, ce paradis est près de chez Annie-Claude !…

ac.1183475732.jpgPour celles et ceux qui ne la connaissent pas [encore]: Annie-Claude , c’est elle !

Fab vient d’avoir la primeur de la rencontrer à Heathrow.

Nous, ce sera le 17 juillet.

Dans le 9-cube.

Sur nos terres à nous.

Et c’est elle qui nous a tout de suite fait sauter le pas pour nous rendre à Tahiti.

Y a qu’à lire ses premières impressions en juillet 2005… [lien suivant].Ainsi donc : à nous, les mouches pisseuses ! Les chiens errants ! Les bonnets en hiver austral [par 28° …] ! ;o)

Le summum du glamoUUr ! ;o)

Bien sûr, y avait aussi Brel et ce mythe fondateur de notre couple , à douce Marie et moi.

Sérieusement, ça va être énoooorme [comme l’aurait dit l’Equipe s’ils avaient assuré la couverture médiatique de notre périple].

Oui, parce que y a périple voyez vous…

ge.1183739496.jpg10h de vol et quelques jusqu’à Los Angeles [arrivée à 4h du mat’ heure de Paris]

2h et quelques de correspondance à LA.

Puis 8h de vol et quelques jusqu’à Papeete [arrivée à 4h du mat’ heure locale].

Au final, le vol du 9-cube vers Papeete fait plus de 15 000 bornes.

Et Choupi qui commence à peine à faire ses dents ! ;o)

Aaaargh.

J’espère que du haut de son 1 an, Choupi ne va pas rendre sourds tous nos compagnons de voyage…

Mais bon, c’est pas bien grave.

Parce qu’à l’arrivée, y a la piscine d’Annie-Claude pour se remonter le moral. [y a de quoi, hein… Matez la vue sur Moorea qu’elle a de sa piscine. Digne d’un 18-étoiles !]

arrivee.1183475744.jpg

2. Partir loin mais pourquoi faire ?

Bon, cela dit, on va pas buller longtemps à la piscine non plus.

On part le lendemain de notre arrivée à Tahiti sur l’Aranui.

Histoire de faire connaissance avec les autres touristes en short, les marins marquisiens et se faire notre première croisière avec douce Marie…

13 jours à faire le voyage de notre vie, à suivre le « Grand Chemin » [traduction d’Aranui en fait].

aranui.1181918356.jpg

Le voyage de nos rêves

Voyage hors du temps, pour remonter aux origines du bonheur sur Terre.

Expérience unique d’un cargo qui a bien voulu accueillir quelques touristes à son bord.

Et puis au bout, c’est les Marquises…

Et ça, c’est pas rien.

Voyez-vous, un couple, c’est comme une civilisation.

Ca se gère.

Ca se manage.

Et ça a besoin, comme toutes les civilisations, de mythes fondateurs.
ge-marquises.1183739664.jpg

Un de nos mythes fondateurs s’appelle Brel et en particulier les Marquises.

« Gémir, n’est pas de mise… aux Marquises… »

On s’était promis avec douce Marie d’y aller un jour [a priori, on pensait attendre de devoir payer l’ISF pour se dire qu’on avait les moyens d’y aller… ;o)] .

Pour renouveller nos voeux de mariage par exemple.

On avait même contacté une première agence de voyages pour leur dire qu’on ne voulait aller qu’aux Marquises… [bon devant les photos des lagons des îles sous le Vent, on s’est dit qu’on allait faire autre chose aussi que les Marquises !… ;o)]

C’est pour vous dire le coeur qu’on y met dans cette première partie de notre voyage en Polynésie…

3. Dodo en Polynésie

Je disais donc qu’on commençait par l’Aranui…

Lien vers l’Aranui .

tuanake2.1181918542.jpg

Ensuite, débarquement de l’Aranui dans l’archipel des Tuamotu.

A la pension Tuanake à Rangiroa.
Ou l’expérience d’un atoll .
Une langue de sable.
Une pension.
Se poser.
Et oublier le temps.

Lien vers la pension Tuanake .

tipaniers.1181918444.jpg

Retour à Tahiti puis saut de puce en avion pour Moorea.

Séjour aux Tipaniers à Moorea: le lieu de rendez-vous avec Annie-Claude.
Pour plonger et siroter un Gin-To’ en sa compagnie.
Penser à la photo pour Fab’.
C’est tout.
Et c’est déjà beaucoup.

Lien vers les Tipaniers .

mauarii.1181918495.jpg

Et c’est là que le choc visuel devrait se matérialiser.

Huahine au nom si charmant.

Séjour à la Pension Mauarii, avec ZE bungalow qui donne directement sur la plage.
Là, sur la photo, vous le voyez ce petit escalier ?
Il caresse du bout des orteils les langues d’eau turquoise…
Et bientôt, on y mouillera nos petons là.
Bon, je vous promets un bien joli MAC

Lien vers la pension Mauarii .

sunsetbeach.1181918526.jpg

Ensuite, saut vers Raiatea et sa soeur jumelle Tahaa.

Des îles jumelles dans un cadre enchanteur.µ
Séjour dans la cocoteraie du Sunset Beach Motel à Raiatea…

Lien vers le Sunset Beach Motel .

Enfin, Maupiti…

kuriri.1181918370.jpg

L’île pour laquelle nous avons sacrifié Bora-Bora.
C’est la plus petite des îles sous le Vent.
La plus authentique encore.
On dit d’elle qu’on y retrouve le charme de Bora-Bora d’il y a 30-40 ans.
D’avant les luxueux bungalows sur pilotis à 500 euros la nuit…
Séjour final à Kuriri Village à Maupiti…

Lien vers Kuriri Village .

Heureusement, Annie-Claude nous aura prévu une douce transition avant notre retour en métropole.

On ira « faire la bringue » avec elle à Papeete ! ;o)

C’est l’expression locale pour faire la fête, semble-t-il.

Et p’têt faire un tour à Tahiti Iti [la presqu’île, plus sauvage et relativement peu connue des touristes].

Vous l’aurez compris.

Ce sera trôôôôôôô bien…

A la rentrée, vous vivrez tout ça au jour le jour, lorsque j’aurai récupéré toutes les photos du disque dur portable…

30 jours de photos.

30 jours de chroniques de blog.

4. Le grand concours de l’été: Autoportrait – Pour savoir qui vous êtes.

L’été, c’est quand même le bon moment pour se ressourcer.

L’occasion d’une bonne introspection photgraphique.

Non non, je ne vous demande pas de m’envoyer votre dernier photomaton.

C’est plutôt une photo qui dévoilerait un peu de ce que vous êtes, en mettant en scène quelque chose qui vous tient à coeur, sans forcément tout montrer.

Entre ombre et lumière.

Tenez, je vous donne l’exemple.

Un autoportrait, sur une brocante à Avignon, au pied du pont éponyme.

Cette photo, à elle seule, regroupe plusieurs éléments symboliques [Choupi, le porte-bébé, l’appareil photo bien visible, Avignon, le vase et le jouet].

Tout en gardant une certaine distance [miroir, lunettes de soleil, cadrage coupé]…

dsc_2990.1178216110.jpg

En même temps, si vous m’envoyez des MAC s, je me ferai l’honneur de leur trouver quelques mots pour les mettre en valeur.

En tout cas, je compte sur vous pour bien remplir cet été ma boîte à émiles de vos autoportraits [et/ou vos MAC s]: huuan at yahoo.com .

5. Une bande son pour bUUller comme il faut

Et comme on ne peut pas bUUller sans mUUsique…

Il fallait au moins donner une suite à la première compil’ que j’avais offerte à Annie-Claude avant son départ pour Tahiti.

Voilà donc le #2, que j’offrirai demain à Annie-Claude… avant notre propre séjour en Polynésie.

Y a de quoi se lover tout l’été dans les bras de son amoureux/se…

Mais il y a aussi la part belle pour remuer du popotin. Vous verrez !

Au bout de quelques morceaux, vous allez finir comme douce Marie et Choupi le ouikende dernier : les bras levés au ciel à danser sur un rythme effréené !

Allez zou, c’est parti pour la compil’ 2007 by DJ UU ! ;o)

Attention: Liens MP3 temporaires – Seront enlevés mercredi !

gorillaz-demon-days.1184591384.jpgGorillaz – El manana (3:50)

 

Le choix du premier morceau est toujours lourd de sens.
Mais celui-ci s’impose de lui-même.
Par ce qu’il raconte.
Par le fait que c’est ZE albUUm de 2005-2006.
Parce qu’une bonne journée commence toujours par une belle matinée [El mañana].
Et que les plus beaux voyages sont ceux qui sont ponctuées de belles rencontres.
Nous, notre beau voyage, on le commence demain soir.
Avec une belle [première] rencontre, celle avec Annie-Claude qui vient dîner.
L’album de Gorillaz, avec toute sa douceur de vivre, on le lui dédicace les yeux fermés.

wax-taylor-hope-and-sorrow.1184591411.jpgWax Tailor – The Games You Play – Featuring Voice (4:13)

 

Tiens, parlant de douceur de vivre.
Wax Taylor, c’est tout ça.
Rythme lancinant, groove chaleureux.
Un flow qui vous berce.
Un peu comme les vagues sur l’Aranui ? ;o)

cassius-15-again.1184591429.jpgCassius – Toop Toop (2:47)

 

Et puis, contrairement à ce que pense Annie-Claude, on sait aussi dancer chez nous ! ;o)
Toop toop, dis la chanson.
Un peu comme Véronique & Davina.
Mais en mieux.
En plus mélodique.
En plus électro et moins synthé Botempi.

Agoria feat. Sylvie Marks – Spinach girl (3:34)

 

Et ça continue de remuer du popotin sur Spinach Girl.
Un peu à l’image d’Annie-Claude, à l’énergie folle.
Elle doit sûrement s’empiffrer d’épinards pour tous ses entraînements de danses tahitiennes !
Donc voilà ce morceau taillé sur mesure pour elle.

Max Berlin – Elle et Moi (6:09)

 

Bon là, on se calme un peu.
En même temps, c’est super chaud. ;o)
En écho à la note d’Annie-Claude sur Sartre .
Hmm… ça causait plus de caresses que d’existentialisme…
Mais bon, c’est que c’est sûrement lié ;o)

abd-al-malik-gibraltar.1184591477.jpgAbd al Malik – Gibraltar (3:53)

 

Le tube !
Un truc qui fait sortir les tripes des oreilles (si si…. même pas mal).
Il a même réussi par son talent d’écriture à faire participer l’arrangeur de Brel sur son album.
Chapeau l’artiste.
Un Ovni dans le paysage sonore français : des beaux mots, un rythme bien à lui et un arrangement qu’on a peu l’habitude d’entendre sur ce flow de slam.

Loic Antoine – Pierrot (3:20)

 

Et si Gainsbarre vivait encore aujourd’hui.
Qu’il était devenu pote avec des clones de Kat Onoma.
Et s’il s’était mis à l’électro ?
Ben ça donnerait ce morceau…

dj-hell-ny-muscle.1184591503.jpgDJ Hell – Je regrette everything – feat. Billie Ray Martin (5:36)

 

DJ Hell, le monstre techno.
Qui fait aussi dans la fine dentelle, entre deux grosses décharges de BPM.
Musclé son album ?
Ben oui forcément.
Mais avec quelques oasis comme cette complainte.
Magnifique.
Quasi tragique.

the-neptunes-presentclones.1184591528.jpgKelis ft Nas – Popular Thug (3:56)

 

Bon, fallait un peu alléger après DJ Hell.
Un peu d’insouciance.
Un peu de fraîcheur.
Mais tout en sensualité encore.
Avec la bombe qu’est l’album des Neptunes.
Les producteurs d’électro les plus talentueux de la planète.
Si si.
Cet album le confirme.
Et Kelis par-dessus le marché.
On en redemande, jusqu’au dernier rang là bas au fond…

Le Tigre – Deceptacon (6:17)

 

Et hop, c’est reparti sur la piste de danse.
Un groupe de filles.
Et elles assurent.
Groupe survitaminé.
Mélodies électro-rock survitaminées aussi.
Et ça s’entend même en baissant au minimum le volume de la chaîne…

arctic-monkeys-whatever-people-say-i-am-thats-what-im-not.1184591554.jpgArctic Monkeys – Mardy bum (2:55)

 

Bon OK, c’est le morceau préféré de doc Huff.
Pas le mien.
Pour moi, c’est le deuxième.
Après « I bet you look good on the dancefloor ».
Mais bon, parce que c’est le doc, ben je mets celui là.
Comme ça, je fais plaisir au doc et à Annie-Claude en même temps.
Allez comprendre pourquoi.

groundation-we-free-again.1184591579.jpgGroundation – Praising (6:00)

 

Le renouveau de Jah !
Le retour sur terre du reggae.
Certes de Californie.
Mais on s’en fout non ?
Tant que c’est bon, que c’est gorgé de soleil…

Nouvelle Vague – Guns of Brixton (4:07)

 

Non, pas le renouveau des Clash.
Juste une superbe reprise.
Tout en douceur.

pink-martini-hang-on-little-tomato.1184591616.jpgPink Martini – Una notte a Napoli (4:45)

 

Bon là, on sent carrément la douceur des nuits napolitaines.
Vous savez, sur le toit d’un palazzo.
Avec vue sur le golfe de Naples.
Illuminé de milles feux le long de la magnifique côte qui descent jusqu’à Amalfi.
La Dolce Vita… par Pink Martini. Tout simplement.

just-jack-overtones.1184591642.jpgJust Jack – Starz in Their Eyes (4:55)

 

Avec One Self, Just Jack sont mes deux coups de coeur du moment.
Et ce morceau plein d’entrain résume (presque l’album).
Qui donne envie d’avoir à nouveau des étoiles dans les yeux.
Vous savez, du temps où gamin, on rêvait d’être un gars bien.

oneself-children-of-possibility.1184591666.jpgOne Self – Fear The Labour (5:31)

 

Un album en forme de lueur d’espoir.
Pour un monde forcément mélangé.
Forcément enrichi des cultures du monde.
C’est aussi ça le bon côté de la troisième mondialisation.
C’est qu’on s’enrichit de l’autre. Lorsqu’on n’en a pas peur.
Et ce morceau de le démontrer : du hip hop bercé de sitar indien…
Pour un monde meilleur, je vous dis !

blur-think-tank.1184591699.jpgBlur – Out of Time (3:51)

 

Ah… L’un des meilleurs morceaux of “all times”…
Ecrit par Damon Albarn, un jour d’orage d’été, au Maroc.
On sent toute une mélancolie transpirer dans les notes acoustiques.
Une voix harmonieusement posée.
Qui n’aspire plus qu’à une chose : « Where’s the love song to set us free… »
Et c’est pas grave si l’album est sorti déjà depuis qq années.
Parce que c’est toujours aussi bon.

bob-marley-songs-of-freedom.1184591708.jpgBob Marley – Redemption Song (Live) (4:06)

 

Vous pensiez connaître Bob ?
Vous pensiez connaître cette chanson par cœur ?
Et ben, p’têt que vous connaissiez pas encore cette version…
Un ‘laïveuh’ qui donne la chair de poule quand on reçoit en pleine figure les trémolos dans la voix de Bob.
Allez, on se lève tous pour cette finale !
On allume les briquets !
On se tient par les mains.
On se dandine tous de droite à gauche et vice et versa.
Pour un monde meilleur, je vous dis ! [bis repetita – ad libitum]

6. Blogueurs, blogueuses du monde entier : Rendez vous dans le marais poitevin le samedi 25 août 2007 [BloGouvernement]

Le nouveau RdV de la Blogosphère sera dans le marais poitevin cette année.

Après deux éditions estivales dans les pattes, on espère vous retrouvez nombreux: les habitués, comme les nouveaux venus !

Viendez ! Plus zon est de fous, plus zon s’marre.

Si si ! Croyez moi !

Toutes les infos pour nous retrouver : chez Fraise des Bois , notre bien-aimé BlogoPremierMinistre.

En résumé: le samedi 25 août 2007, au centre socio-culturel, sis place de la Coutume, à Coulon (Deux Sèvres)…

******

Passez chères toutes et chers tous un bel été d’amour et d’eau fraîche !

On se retrouve à la rentrée pour les chroniques polynésiennes in extenso

On déconnecte jeudi pour 31 jours à l’autre bout du monde.

Be cool, be open.

UU

Publicités

Polémique au Château de Versailles

Bon, tout le monde le sait.

Versailles, c’est prout prout.

Mais bon, la déco n’y est pas si dégueu que ça à y regarder de plus près.

Quelques lustres raisonnablement magnifiques.

dsc_6042_30juin2007_versailles_nef.1183624466.JPG dsc_5911_30juin2007_versailles_nef.1183624267.JPG dsc_6038_30juin2007_versailles_nef.1183624457.JPG

dsc_6026_30juin2007_versailles_nef.1183624425.JPG

D’autres lampadaires relativement superbes.

dsc_6020_30juin2007_versailles_nef.1183624415.JPG

dsc_5923_30juin2007_versailles_nef.1183624288.JPGDes tableaux pour se marrer un peu [note: Choupi a dit « ouah ouah » à la vue de celui là. J’espère qu’elle ne voulait pas dire qu’elle voulait avoir un p’tit chiot, un vrai…].

Deux ou trois statues pas moches pour un sou [Vauban à gauche – spécial dédicace pour Jlhuss , Loulou le Grand ensuite par le talentueux Bernin aux doigts de fée].

dsc_5927_30juin2007_versailles_nef.1183624299.JPGdsc_5945_30juin2007_versailles_nef.1183624344.JPG

dsc_6008_30juin2007_versailles_nef.1183624406.JPGEn plus, on reçoit gratuitement un cours sur l’art de gouverner.

Apparemment, Nicolas Sarkosy s’en est inspiré, gouvernant lui-même par lui-même.

Tout cela, en déambulant tranquillou le long de couloirs lumineux. Que demande le peuple , hein ?

dsc_5918_30juin2007_versailles_nef.1183624277.JPG

Et enfin, une p’tite véranda avec 357 miroirs qu’ils viennent de retaper.

dsc_5997_30juin2007_versailles_nef.1183624492.JPG dsc_5994_30juin2007_versailles_nef.1183624364.JPG dsc_5993_30juin2007_versailles_nef.1183624387.JPG

Alors quoi ? Qui critique Versailles finalement ?

Pas Mittal ! C’est sûr. Lui qui a loué Versailles en 2004 durant 5 jours pour les noces de sa fille [coût du mariage: 55 millions d’Euros…]. Signe avant-coureur de sa future main-mise [en 2006] sur une des gloires de la France: Arcelor !…

dsc_5902_30juin2007_versailles_nef.1183624246.JPG

Ben en fait, c’est douce Marie qui lance la polémique !…

dsc_5964_30juin2007_versailles_nef.1183624354.JPGElle trouve vilaine cette référence verruesque [voir là, à droite] à l’entrée de la p’tite véranda également nommée Galerie des Glaces.

En fait, ce sont ces écrans vidéos montrant des autoroutes, des ponts, etc. [du bon vieux BTP de nos campagnes quoi] qu’elle trouve déplacés dans le contexte du Château.

Bah, moi, ce que j’en dis.

Tant qu’ils ont donné des sousous , hein, ben y a pas mort d’homme non plus.

Et puis, le reflet dans le panneau permet de le fondre dans le décor. Vaguement.

Tout cela me fait indirectement penser à André Malraux [j’ai piqué cette citation à Vincent Josse de France Inter]:

« Je ne peux pas infliger la joie d’aimer l’art à tout le monde.
Je peux seulement essayer de l’offrir, la mettre à disposition pour que, à ceux qui la demanderont, elle soit donnée.
Si je peux me dire, en mourant, qu’il y a cinq cent mille jeunes de plus qui ont vu s’ouvrir, grâce à mon action, une fenêtre par où ils s’échapperont à la dureté de la technique, à l’agressivité de la publicité, au besoin de faire toujours plus d’argent pour leurs loisirs dont la plupart sont vulgaires ou violents, si je peux me dire cela, je mourrai content, je vous assure » André Malraux.

Be cool, be open.

UU

J-1: C’est une fille !

A l’aube de son premier anniversaire , je crois détenir une preuve formelle |i.e. non biologique] que Choupi est une fille.

cheveux-de-choupi.1183183507.jpg

Elle adore … ses cheveux !

Et sans exagération aucune de ma part !

Bizz et bon ouikende à toutes et à tous.

Nous, on va fêter ça demain avec les copains zé les copines.

UU

ps: A celles et ceux qui me laisseront leur email en commentaire, il est bien possible que je puisse leur envoyer un p’tit lien vers un portfolio privé [non accessible publiquement sur le Oueb] pour que vous voyez sa tambouille à la p’tite… ;o)

Quoi, ma gueule ? [histoire de pintades]

Quand j’étais petit [tout petit], mes parents nous emmenaient à la campagne, à la lisière du Gers.

On allait gambader, jouer aves mes frères et soeur dans une grande prairie qui dévalait une pente qui nous [me] paraissait immense.

On allait aussi dans une ferme près de là.

Je m’entends encore dire que ça sentait mauvais !

La vache, le lapin, la poule, le canard, etc.

Bien des années après, j’ai rencontré douce Marie et l’ai suivi voir sa famille dans le Gers.

J’y ai retrouvé les poules et les canards.

Mais y avais pas de vaches, ni de lapins.

Et puis sa grand-mère m’a emmené un jour au grand marché d’Auch.

J’y ai vu pour la première fois [je crois bien que c’était la première fois] des pintades.

Rencontre émouvante parce que j’adore la chair de la pintade.

Ma viande de volaille préférée, après le pigeon [pas le parisien, hein].

Mais bon, en cage, c’était pas pareil.

Le ouikende précédent, on a emmené Choupi voir une fête champêtre avec les animaux de la ferme.

dsc_5174.1182443507.jpg

J’y ai revu des pintades pour la deuxième fois.

Mais c’était comme si c’était la première fois…

J’ai notamment remarqué pour la première fois les splendides bacchantes rouge vif qu’elles arboraient.

Je ne l’avais jamais remarqué jusqu’à ce jour [faut dire qu’au four, enfin, bref…].

Au passage, j’ai appris que ça s’appelait des barbillons .

Vous le saviez, ça ?

dsc_5263.1182443516.jpg

C’est horrible d’avoir cette pensée alors que ces pintades sont absolument superbes… mais moi en tout cas, ça m’avait finalement donné faim. ;o)

Bon ouikende à toutes et à tous ! Et bon repas dominical [avec ou sans pintade !]

Be cool, be open.

UU

ps: Oui, ça va, c’est pas à la hauteur d’une pensée du vendredi… mais je fais ce que je veux avec mes neurones… ;o)

Avoir du courage

De toutes les valeurs morales, quelle est la plus précieuse ?

Cette question, pendant bien des années, je ne me l’étais pas posée.

Et pour cause.

Soyons francs: J’en n’avais rien à faire.

Depuis deux ou trois ans [pas plus], je réalise peu à peu que la question est essentielle.

Et surtout que la réponse qu’elle amène ne l’est pas moins.

Bref.

rb_dsc_5453.1182260388.jpg

Il y a bien des années, alors que je commençais à peine ma vie professionnelle, une copine de la vraie vie – ex-chasseuse de têtes , m’avait fait part de son analyse personnelle selon laquelle le courage est la valeur qu’elle admirait le plus chez les autres. Notamment chez les cadres dirigeants qu’elle rencontrait.

Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts.

Et j’avais apparemment oublié cette discussion là.

Il se trouve que, pour bien des raisons [notamment celle là ], cette discussion m’est revenue en mémoire.

Semble-t-il pour n’en renforcer que davantage l’analyse.

Selon laquelle le courage est une des valeurs morales les plus importantes dans le monde professionnel – surtout lorsqu’on accède aux postes dits de responsabilité et que des décisions engagent l’avenir social d’un certain nombre de personnes – mais également une des plus rares.

rb_dsc_5461.1182260518.jpg

Mais ce n’est pas tout quant à l’importance que revêt le courage.

Douce Marie m’a fait découvrir que c’est aussi une valeur cardinale de la vie.

Parce que la vie est chienne.

Mais pas seulement.

Parce qu’il faut savoir avancer.

Et ne pas s’arrêter en chemin.

Pour le dire simplement, je crois que douce Marie est la personne de mon entourage que j’admire le plus pour avoir cette aptitude, tant professionnellement que dans la sphère privée.

rb_dsc_5511.1182260532.jpg

Finalement, un couple, c’est avoir du courage.

Parfois tous les deux.

Parfois alternativement.

Mais pour la vie.

rb_dsc_5810.1182260544.jpg

Prologue

Inazō Nitobe , empreint de culture samouraï et de confucianisme, résume tout ceci avec un brillant anglais dans Bushido, the soul of Japan [ouvrage culte de la culture traditionnelle japonaise, écrit à l’aube du XXème siècle]:

Courage was scarcely deemed worthy to be counted among virtues, unless it was exercised in the cause of Righteousness.

In his « Analects » Confucius defines Courage by explaining, as is often his wont, what its negative is. « Perceiving what is right, » he says, « and doing it not, argues lack of courage. » Put this epigram into a positive statement, and it runs, « Courage is doing what is right. » To run all kinds of hazards, to jeopardize one’s self, to rush into the jaws of death—these are too often identified with Valor, and in the profession of arms such rashness of conduct—what Shakespeare calls, « valor misbegot »—is unjustly applauded; but not so in the Precepts of Knighthood. Death for a cause unworthy of dying for, was called a « dog’s death. »

« To rush into the thick of battle and to be slain in it, » says a Prince of Mito, « is easy enough, and the merest churl is equal to the task; but, » he continues, « it is true courage to live when it is right to live, and to die only when it is right to die, » and yet the Prince had not even heard of the name of Plato, who defines courage as « the knowledge of things that a man should fear and that he should not fear. »

A distinction which is made in the West between moral and physical courage has long been recognized among us. What samurai youth has not heard of « Great Valor » and the « Valor of a Villein? »

Traduction wikipediesque:

Le courage, s’il n’était pas mis au service de la justice, était à peine digne d’être considéré comme une vertu.

Confucius dans ses Entretiens, le définit comme à son habitude, par ce qu’il n’est pas. « Comprendre ce qui est juste », dit-il, « et ne pas le faire, démontre l’absence de courage ». Cette maxime reprise dans un sens positif peut se lire ainsi : « Le courage consiste à faire ce qui est juste ». Se risquer à tous les hasards, s’exposer, se lancer impunément dans les bras de la mort, passent pour des marques de valeur, et dans le métier des armes, une telle témérité, que Shakespeare appelle : « la sœur illégitime de la valeur », est injustement applaudie. Il n’en va pourtant pas ainsi dans les préceptes de la chevalerie. Mourir pour une cause qui n’en vaut pas la peine est « une mort de chien ».

« Se précipiter au cœur d’une bataille et tomber aux champs d’honneur, dit un prince du Clan Mito, est assez facile et n’excède pas les moyens du plus simple des rustres. Mais le vrai courage est de vivre quand il faut vivre, et de mourir seulement quand il faut mourir ». Et il ne connaissait pas même le nom de Platon qui avait défini le courage comme « la connaissance de ce que l’homme doit craindre et de ce qu’il ne doit pas craindre ».

Une distinction souvent faite en Occident entre le courage physique et le courage moral est chez nous une ancienne et intime évidence. Quel jeune samouraï n’entendit jamais parler de la différence entre « grande bravoure » et « bravoure du voleur » ?

Douce Marie, tu peux maintenant dégonfler tes chevilles…

Be cool, be open.

UU

ps: Les photos de cette note proviennent toutes du parc, au pied de chez nous…

Je t’aime, un peu, beaucoup…

La pâquerette (Bellis perennis) est une plante vivace des prairies.

Bellis perennis, en latin [ouah, quelle cUUlture mes amis !], veut dire « Beauté éternelle ».

On dit aussi que son centre symbolise le soleil dont les pétales forment les rayons – empreints de pureté et de bonté.

Représentant ainsi – parfois – symboliquement la Vierge Marie.

choupi_dsc_4966.1181576069.jpg

Ouaip, rien que ça.

Ben, je vous les transmets ces pâquerettes.

Elles vous sont offertes par la grâcieuse p’tite Choupi.

Passez chères toutes et chers tous une bonne semaine.

Be cool, be open.

UU

Luberon 2007 #4: Pleurer un homme

francois-morenas.1180678776.jpg

Introduction: Au sujet de François Morenas, (re)lire cette précédente note écrite le surlendemain de sa disparition.

Il y a des choses dans la vie que nous faisons [tous] [plus ou moins] inconsciemment.

Celles-ci ne sont pas pour autant dénuées de sens.

Le choix du parcours pour notre unique grande randonnée du séjour n’était donc pas vraiment le fruit du hasard.

dsc_3153_29avril2007_saignon_nef.1180681690.JPGdsc_3155_29avril2007_saignon_nef.1180681739.JPG

Autant le dire simplement : je crois que nous cherchions François Morenas.

Son ombre.

Ses traces.

Ses pas.

Son visage.

dsc_3154_29avril2007_saignon_nef.1180681712.JPGdsc_3152_29avril2007_saignon_nef.1180681665.JPG

Nous avons d’abord tourné autour du plateau de Saignon, avant de nous rendre à l’auberge de jeunesse de Regain qu’il a tenu pendant plus de 50 [?] ans, avec son épouse Claude [qui avait la main sur l’écriture des guides].

C’est de cette auberge qu’étaient organisés les balisages du Luberon et des Monts de Vaucluse.

Pendant plus de 50 ans.

Un truc de dingue.

Artisanal.

Bénévole.

L’œuvre d’une vie.

L’œuvre d’un homme.

C’est cela que j’ai pleuré le soir même de cette randonnée lorsque j’y ai repensé avec douce Marie.

Entre le fromage et le dessert.

dsc_3156_29avril2007_saignon_nef.1180681763.JPGdsc_3147_29avril2007_saignon_nef.1180681642.JPGPrologue

Une page se tourne avec la disparition de François Morénas.

Une nouvelle s’ouvre.

Celle du blog de David L ., un ami de la vraie vie.

Celui là même qui nous a conseillé il y a près de 10 ans maintenant de suivre les sentiers de François Morénas.

Il nous avait alors prêté ses guides.

Et notre toute première randonnée démarrait alors de l’auberge de Regain, sur le plateau de Saignon.

Qui signa le début de notre attachement profond à cette terre et ses chemins de traverses.

dsc_3086_29avril2007_saignon_nef.1180681531.JPG

Be cool, be open.

UU

Légendes des photos (dans l’ordre)
– Tombe de François Morénas, au cimetière de Saignon [on y voit encore la gerbe que nous avons envoyé, avec le concours de David et Evelyne L.]
– 2 photos montrant la vue que l’on a de l’auberge de Regain – Vues sur l’autre rive de l’Aiguebrun
– 4 photos montrant l’auberge de Regain et ses alentours – Perle de verdure désormais paradis perdu
– Saignon et son rocher, dans toute leur splendeur de village perché