Luberon 2007 #4: Pleurer un homme

francois-morenas.1180678776.jpg

Introduction: Au sujet de François Morenas, (re)lire cette précédente note écrite le surlendemain de sa disparition.

Il y a des choses dans la vie que nous faisons [tous] [plus ou moins] inconsciemment.

Celles-ci ne sont pas pour autant dénuées de sens.

Le choix du parcours pour notre unique grande randonnée du séjour n’était donc pas vraiment le fruit du hasard.

dsc_3153_29avril2007_saignon_nef.1180681690.JPGdsc_3155_29avril2007_saignon_nef.1180681739.JPG

Autant le dire simplement : je crois que nous cherchions François Morenas.

Son ombre.

Ses traces.

Ses pas.

Son visage.

dsc_3154_29avril2007_saignon_nef.1180681712.JPGdsc_3152_29avril2007_saignon_nef.1180681665.JPG

Nous avons d’abord tourné autour du plateau de Saignon, avant de nous rendre à l’auberge de jeunesse de Regain qu’il a tenu pendant plus de 50 [?] ans, avec son épouse Claude [qui avait la main sur l’écriture des guides].

C’est de cette auberge qu’étaient organisés les balisages du Luberon et des Monts de Vaucluse.

Pendant plus de 50 ans.

Un truc de dingue.

Artisanal.

Bénévole.

L’œuvre d’une vie.

L’œuvre d’un homme.

C’est cela que j’ai pleuré le soir même de cette randonnée lorsque j’y ai repensé avec douce Marie.

Entre le fromage et le dessert.

dsc_3156_29avril2007_saignon_nef.1180681763.JPGdsc_3147_29avril2007_saignon_nef.1180681642.JPGPrologue

Une page se tourne avec la disparition de François Morénas.

Une nouvelle s’ouvre.

Celle du blog de David L ., un ami de la vraie vie.

Celui là même qui nous a conseillé il y a près de 10 ans maintenant de suivre les sentiers de François Morénas.

Il nous avait alors prêté ses guides.

Et notre toute première randonnée démarrait alors de l’auberge de Regain, sur le plateau de Saignon.

Qui signa le début de notre attachement profond à cette terre et ses chemins de traverses.

dsc_3086_29avril2007_saignon_nef.1180681531.JPG

Be cool, be open.

UU

Légendes des photos (dans l’ordre)
– Tombe de François Morénas, au cimetière de Saignon [on y voit encore la gerbe que nous avons envoyé, avec le concours de David et Evelyne L.]
– 2 photos montrant la vue que l’on a de l’auberge de Regain – Vues sur l’autre rive de l’Aiguebrun
– 4 photos montrant l’auberge de Regain et ses alentours – Perle de verdure désormais paradis perdu
– Saignon et son rocher, dans toute leur splendeur de village perché

5 commentaires sur “Luberon 2007 #4: Pleurer un homme

  1. Merci pour cette évocation.
    C’est triste de revoir ces lieux à l’abandon. Ils ont beaucoup compté pour moi, qui ai passé quelques unes de mes plus belles vacances, faîtes de rencontres et de belles randonnées.
    J’espère y faire un petit pélerinage cet été.
    Et puis merci pour la pub pour mon blog (http://alasource.aliceblogs.fr/)!!!

    J'aime

  2. David>> Ben de rien. Merci surtout à vous de nous avoir fait découvrir cette belle région, sous un angle authentique.

    Djamel>> Par lévitation virtuelle ? ;o)

    Brig’>> oui tu as raison. Une autre vie est possible. Le nouveau propriétaire est en train de prendre possession des lieux. Des travaux en cours. Ce que je pleure n’est pas la perte de ce lieu, c’est plus son oeuvre de balisage de sentiers. Certainement repris en partie par le Parc Régional du Luberon mais certainement pas en totalité.

    LaParizienne>> Re-bon anniv’ ;o) Tant mieux si ma note redonne envie d’y retourner. C’est aussi en continuant de marcher sus ses pas qu’on lui rendra le mieux hommage.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s