Luberon en deuil – La mort de François Morenas

Francois_morenas_22_ans
Note introductive : François Morenas et son épouse Claude ont ouvert il y a bien longtemps une auberge de jeunesse à Regain, près de Saignon dans le Luberon. Ils ont commencé à défricher et baliser les premiers sentiers de randonnée dans cette région il y a plus de 50 ans, étant tombés amoureux de pays. Ils ont édité de magnifiques guides de randonnées, peu diffusés en dehors du Vaucluse, sur le Luberon, les Monts de Vaucluse, le Mont Ventoux et le Colorado Provençal à Rustrel. Douce Marie et moi avons découvert sur les conseils d’amis [voir les remerciements en fin de note] ces guides voilà plus de 7 ans. Et chaque année, on fait un séjour plus ou moins prolongé [de 2 jours à 3 semaines] dans ce coin de paradis qu’est le Luberon des chemins de traverse.

La mort s’est invitée dans mon emploi du temps chargé.

Cette mort s’est imposée à moi et me pousse à sortir du silence auquel je devais m’astreindre cette semaine pour motif professionnel.

La mort est injuste. Même si – on le sait tous – son existence rend la vie d’autant plus précieuse. Phrase oxymore à laquelle on voudrait tant croire, en particulier aujourd’hui.

Mais aujourd’hui, je suis triste. Profondément triste.

Quelques larmes se bousculent derrière ma paupière.

Pour douce Marie aussi.

Je lui ai annoncé ce matin, au réveil. Avant l’arrivée de la nounou. Un peu comme si vous balanciez un éléphant dans un magasin de porcelaine…

Le choc est rude pour douce Marie et moi.

Mais ces larmes ne peuvent, ne veulent sortir.

Par pudeur peut-être.

Peut-être parce qu’on n’ose pas, tout simplement. N’étant pas dans l’entourage intime de François Morenas…

On l’a pourtant rencontré il y a 3 ou 4 ans. Lui et son épouse Claude Morenas. On a longuement discuté avec eux en cette fin d’après-midi du mois d’août. Surtout avec Claude à vrai dire.

François se reposait, à la suite d’un petit accident banal. Il faut dire que sa vue baissait à le rendre quasiment aveugle. Et il avait chuté tout simplement. Sur l’un des escaliers qui parsèment le terrain en plein pente près du lit de l’Aiguebrun.

Il allait avoir 90 ans à l’époque.

On tenait à les rencontrer pour les remercier de tant d’amour pour leur pays, leur royaume qui s’étalait du Luberon magique jusqu’aux splendides Monts de Vaucluse.

Les remercier pour ce qu’ils ont donné. Ce qu’ils nous ont donné. Le don de leur poésie et le partage de tant de beauté, avec nous, simples randonneurs anonymes.

On a appris à marcher avec François et Claude Morenas. Avant eux, nous n’aimions pas particulièrement la randonnée. Après eux [i.e. après avoir lu leur guide], nous ne savions plus marcher autrement qu’avec leurs mots dans la tête.

Une temporalité poétique pour marcher, tant dans l’espace que dans le temps.

Je vais vous avouer un secret de fabrique. Lorsque nous compulsions les guides de François et Claude Morenas, nous choisissions [on le fait encore aujourd’hui] la randonnée en fonction de la puissance poétique du texte qui accompagnait le parcours. Car c’était beaucoup plus qu’une simple liste d’indications topographiques pour se repérer.

L’émotion nous emplissait lorsque nos sensations, nos sens se mettaient à l’unisson de ce que l’on lisait dans le guide. Leur guide…

On en avait parfois la chair de poule tellement on pouvait être émus.

D’autres fois, douce Marie et moi devions nous serrer fort dans les bras l’un de l’autre pour ne pas être renversés par la vague de bonheur qui nous envahissait sur un de ces sentiers balisés par François Morenas.

Hommage donc à lui, François Morenas, le « Petit Prince » du Luberon aujourd’hui en deuil.

Et nos plus sincères condoléances à la grande dame qu’est Claude Morenas. Sans ses mots, nous n’aurions jamais vécu avec douce Marie ces moments qui font le bonheur des couples heureux, vraiment et profondément heureux.

Je dois arrêter là.

Car ça y est, les larmes me sont finalement venus. Et finalement, c’est très bien ainsi.

Be cool, be open.

UU

Note:
Pour lire ou relire une sélection personnelle d’extraits des guides de François et Claude Morenas, vous pouvez parcourir ce cycle de promenades sensorielles que j’ai publié l’année dernière sur ce blog.
La Vue
L’Ouïe
Le Toucher
Le Goût
L’Odorat
Le Sixième Sens

Remerciements:
– Encore une fois, mais on leur a déjà dit : Merci à David et Evelyne d’avoir partagé avec nous les guides de François et Claude Morenas voilà 7 ans.
– Merci infiniment à cette lectrice attentive de mon blog – Carolin – qui m’a averti hier par émile du décès de François Morenas. Merci de tant d’attention et de gentillesse.
– Merci à André, le frère de Claude, avec qui j’ai échangé ce matin au téléphone et qui a partagé ce matin avec beaucoup de gentillesse un peu d’intimité qui m’a fait chaud au coeur.

Il m’a chargé de transmettre ce message à toutes et à tous : Que celles et ceux qui veulent continuer à faire vivre la mémoire de François Morenas se manifestent. Ils ont besoin de volontaires – même que pour un seul jour, même avec une petite serpe – pour entretenir les sentiers secrets de François Morenas qui ne seront pas repris par le Parc Naturel Régional du Luberon. Contactez André à l’auberge de jeunesse de Regain. Tél: 04 90 74 39 34.

Informations complémentaires:
– Les obsèques ont lieu demain, jeudi 19 Octobre 2006, en l’église de Saignon (Vaucluse) à 10h30.
– Cliquer ici pour lire l’article publié dans la Provence dans son édition de lundi 16 Octobre 2006 [scan par Carolin sus-cité].
– Pour envoyer vos condoléances à Claude Morenas, écrivez lui encore à l’auberge de jeunesse de Regain, son frère André fera suivre [adresse: Auberge de jeunesse de Regain 84400 Saignon]
– Pour une gerbe de fleurs ou une carte, contacter les pompes funèbres AMIC à Apt. Tél: 04 90 04 79 45.

« A vous, François, qui avez su trouver des chemins secrets et magnifiques, à travers cette superbe région, où la nature vous enserre dans ses bras bienveillants.
Les randonneurs qui ont musardé avec délice sur ces chemins de traverse vous garderont dans leur coeur.
Merci encore pour votre passion que votre épouse Claude et vous avez su retranscrire dans vos guides. »
signée  douce Marie

MISE A JOUR DE LA NOTE (JUIN 2009) – Cérémonie d’hommage à Claude Morenas, en l’église de Saignon le lundi 29 juin 2009, à 10h.

A lire également: Une note écrite par Ibo, en hommage à Claude Morenas.

Publicités

38 commentaires sur “Luberon en deuil – La mort de François Morenas

  1. je partage tant la beauté de François Morenas
    il n’est plus seul … Giono l’attendait à bras ouvert … POUR TRINQUER ses émotions sur ce pays tant aimé…
    et veillera sur vous les petits lubéronnais…
    je voUUus embrasse toUUus très fort ***

    J'aime

  2. ô m. triste pour sa femme, pour lui et puis je pense à la fille de très bons amis qui s’occupe de découvertes de la région, qui est à Saou et qui devrait les connaître – de toute façon la mort d’un être qui vous a ouvert son monde est toujours infiniment triste

    J'aime

  3. L’outre-atlantique que je suis ne connaissais pas François Morenas, UU, mais la note que tu lui consacres est très touchante, et y a-t-il plus bel hommage à lui rendre que celui de dire qu’il vous [a] fait vivre, bercés de poésie, et qu’il vous fait marcher/avancer…

    Reviendrai lire les autres notes à son sujet.

    Merci, UU, car tes mots adoucissent ce monde et cette vie parfois si durs.

    Bises à vous trois.

    J'aime

  4. Merci, UU, de ce bel hommage à François Morenas. Cela fait chaud au cœur de lire tes mots, justes et tendres, alors que nous sommes tous profondément émus par sa disparition.

    Et pourtant : il est vrai que nous sommes nombreux à avoir eu l’immense joie et chance de pouvoir découvrir le Lubéron et ses environs sur les sentiers balisés par Claude et François – à nous de continuer à les parcourir, en long et en large, selon l’humeur et le physique, et de garder ainsi François Morenas dans le coin le plus beau de notre mémoire.
    Amitiés, carolin.

    (NB: quant à l’article de C. Istre, je ne connais pas l’origine moi-même, je t’ai juste forwardé ce que j’avais reçu de mon ami Reinhard).

    J'aime

  5. UU et Marie, je ne connais pas François Morenas ni ses guides sur le Lubéron. Suite à la découverte de ces belles notes sur les sens, il est impossible de rester insensible à ces textes d’une grande poésie car ils sont un hymne à la vie et à la place de l’homme dans la nature. Je comprends votre grande peine et je suis de tout coeur avec vous. Resteront de grands moments de bonheur que vous avez vécu grâce à son savoir et expérience de la vie. Je vous embrasse bien fort.

    J'aime

  6. c est fort émouvant,
    et c’est si vrai que les êtres extraordinaires que la vie nous donne de rencontrer, marque à jamais, notre vie..

    et des personnes qui vivent et transmettent l amour de leurs terres, c’est fort…

    J'aime

  7. C’est par ces notes sur tes ballades sensorielles que j’ai commencé à te lire et à échanger avec toi… Celui qui t’a inspiré ces notes n’est plus, mais il fut à l’origine d’une belle amitié!
    La biz à vous trois!

    J'aime

  8. Et dire que Roméo et moi, fans de la randonnée, nous n’avons encore jamais eu l’occasion de marcher dans le Luberon…Grace à toi UU, c’est sur, nous allons nous fournir en guides de ce François Morena et connaître, les joies subtiles que vous avez connues sur ces merveilleux sentiers!
    Mon propre père qui a cet âge avancé (92 ans) a été lui aussi le fondateur avec un groupe de copains sur Nice , à la même époque, des auberges de jeunesse les CLAGE…
    Nous nous associons Roméo et moi à votre peine.

    J'aime

  9. argoul>> merci du test !
    j’ai changé ton nom ci-dessus et ai mis le mien et ce commentaire reste…

    Cela montre une chose: que c’est mon adresse IP qui part en vrille.

    Pourtant je ne pense pas que ce soit un blocage d’IP général puisque mes commentaires sur ma dernière note [Un cri etc.] restent…

    Uniquement sur cette note sur François Morenas.

    A toutes et à tous>> Sorry, j’ai posté des réponses à vos commentaires attentionnés. Mais Typepad rejette ce commentaire depuis hier soir.

    J'aime

  10. Bonjour,

    Le hasard m’annonce la mort de François, aujourd’hui.
    Le hasard fait qu’en ce moment je relisais « La vie, la précieuse vie » un fascicule de Claude acheté en 82, lors de leur rencontre.

    Il reste le souvenir de tous ses sentiers pleins de lumière qu’il nous a tracé.

    cordialement

    J'aime

  11. message d’annette et abbas ce dernier a titre posthume merci claude et francois pour ce don merveilleux de la beauté du luberon qu’on a – grace a vous – traversé de tous les cotés. merci pour le sens spirituel, artistique et culturel qui nous a formé et aussi toute une région.
    a regain ou j ai trouvé tant de bons amis et amies et ou j ai vu le film la lumiere bleue de L. riefenstahl. merci francois. cordialement

    J'aime

  12. Cher Monsieur, je cherche les titres des ouvrage de Francois et de Claude Morénas, ceux notamment qui décrivent le pays entre le Luberon et la Montagne de Lure. Pouvez-vous m’aider?
    Merci d’avance
    Thomas Dobberkau – peintre, Muggardt 19, D-79379 Muellheim, Allemagne

    J'aime

  13. Jouanin>> La prégnance de ces sentiers de lumière dans le Luberon est son plus cadeau fait à notre mémoire.

    Annette R.>> Merci de ces mots et ce témoignage. Merci pour eux, merci pour François.

    Sehr geehrte Herr Dobberkau>> Vous pouvez trouver la référence ici, sur une de mes photos.

    Il s’agit de l’ouvrage sur les Monts de Vaucluse, qui descendent vers le Luberon. La région au sud de la montagne de Lure est magnifique. Elle n’est que partiellement décrite par C. et F. Morénas car à la limite du Luberon et des Monts de Vaucluse.

    De mémoire, l’ouvrage couvre Oppédette et Simiane la Rotonde, mais pas au delà… A (re)voir.

    J'aime

  14. Bonjour à tous

    Je pense que mon père serait très heureux de tous ces témoignages. .. Ceux qui souhaiterait contacter ma mère Claude peuvent me demander son adresse par mail.
    Bonnes randonnées, (Regain, devenu chambres d’hôtes, a un site : http://www.regainlecolombier.fr)
    Frédérique

    J'aime

    1. Pourquoi ai-je cliqué François Morénas sur mon moteur de recherche?
      J’apprends ainsi, avec retard, sa mort.
      Avant Saignon, Regain c’était dans la combe aux geais, à St Saturnin d’Apt. C’est là que j’ai rencontré François, et Claude, toute jeune maman d’une petite Frédérique. C’était en 1959 et l’année précédente J.P. Clébert avait publié « La Provence insolite » où il se moquait un peu de François, l’appelant François le baliseur. François lui en avait beaucoup voulu… Alors le spectacle de J.P. Clébert se présentant soûl à Regain un matin avec ses lévriers afghans!
      Comment oublier les randos avec François : les à-pics de Brantes, la grotte des 4 vents, le village abandonné de St Pierre…
      J’ai revu Claude et François des années plus tard, quand ils s’étaient installés à Saignon. A nouveau, il y avait un tout petit bébé, c’était cette fois la fille de Frédérique.
      Je Je regarde la très belle dédicace qu’ils ont écrite sur mon exemplaire deL’hôtel des renards. Plus de 50 ans ont passés, c’était hier…

      J'aime

  15. Frédérique Sicard Morenas>> Ah ben ça alors… Quel honneur tu nous fais avec ce commentaire ici. Merci de ton mot et je suis heureux de lire que tu as été également touché par ce qu’on a pu écrire ici. Je t’envoie un émile immédiatement pour transmettre notre meilleur souvenir, notre sympathie, notre amitié et nos hommages à Claude.

    Au passage, je viens de rectifier (grâce à G**gle) l’adresse Web mentionné qui est en fait:
    http://regainlecolombier.com

    J'aime

  16. bonjour,
    je découvre avec émotion ces textes sur François Morenas ; j’avais passé quelques jours à Regain en 1997, avais admiré ce site et ceux qui le faisaient vivre, acheté les poèmes de Claude Morénas et beaucoup parlé avec elle, cela m’avait nourrie et soutenue dans une période difficile de ma vie ; à présent je reviens passer quelques jours dans le Lubéron pour marcher et je suis touchée de me remémorer ces rencontres ; comment va Claude ?
    merci,
    Anne-Lise

    J'aime

  17. Anne-Lise>> Merci pour ton témoignage personnel. Je te réponds par email…

    Il est vrai que, une fois qu’on a marché dans les pas de Claude et François Morénas dans le Luberon, on ne peut plus quitter ces sentiers. Même si le temps passe, notre coeur veut constamment y retourner.

    J'aime

  18. Nous évoquions de vieux souvenirs de vacances dans le Lubéron, à Auribeau … Recherches pour savoir si  » Les Fondons  » et  » Regain  » existaient toujours . Surprise et émotion de tomber sur le blog archive François Morénas . Nous aussi nous avons suivi les sentiers tracés par François et Claude : nous possédons toujours les petits guide combien uniques et pittoresques ( ! ) ainsi que le livre où François raconte sa première auberge  » L’Hôtel des Renards  » et celui où il évoque les souvenirs de son cinéma ambulant. Nous allions aux séances à  » Regain « , en voisins, depuis le camping des  » Fondons  » . Nous y avons découvert les grands films muets des années 1920 . J’ai acheté les poèmes de Claude présentés par Pierre Seghers .
    Pour nous, ce sont des souvenirs heureux de presque trente ans, mais nous n’avons pas oublié .
    François Morénas a défendu toute sa vie les vraies valeurs comme l’ami Giono les vraies richesses : merci à lui et à Claude .

    Bien triste de savoir qu’il n’est plus .

    Solange Le Borgne

    J'aime

  19. Il y a vingt ans, en 1988, j’ai pris la décision d’aller à Apt pour 3 semaines de vacances. Je n’avais pas fait des réservations d’hôtel à l’avance et une fois arrivée à Apt je suis tombée sur d’information sur Regain et j’y suis allée par taxi. J’ai passé 2 semaines à l’auberge et je me suis très bien reposée en faisant des randonnées en suivant les guides de Francois et Claude Morenas. Les soirs sont insoubliables avec les diners provencales et les films anciens. Je suis revenue à Regain après quelques ans pour retrouver l’auberge juste comme avant. Il y a quelques années j’ai monté le mourre Nègre et je pouvais voir Regain en distance.
    Francois Morenas avec ses bonnes histoires, ses guides et son enthousiasme reste pour toujours dans mon coeur.

    J'aime

  20. Claude Morenas est décédée le 25 juin 2009.

    Les obsèques ont lieu à l’église de Saignon, le lundi 29/06/2009 à 1O.oo heures.

    J'aime

  21. Merci beaucoup à Francois et Claude Morenas pour leur

    vie genereuse et enthousiasmée à Regain , une vie qu’ils

    inspiraient à leurs visiteurs. J’espère que cette

    enthousiasme continue à Regain !

    En mémoire profond – Til

    J'aime

  22. Gilbert vient juste de m’apprendre le décès de CLAUDE . Quelle TRISTESSE m’envahit !

    Je crois que l’enterrement est maintenant … je suis trop loin pour être présente à Saignon ; mais , tout mon coeur est avec vous , avec toi , Frédérique ; auprès de CLAUDE .
    A travers les larmes, TOUS ces souvenirs , empreints de bonheur et de passion ; qui resurgissent !!!

    J'aime

  23. C’est seulement maintenant que je viens d ‘apprendre la mort de Claude. Claude, je voulais te dire que as quitté ton paradis pour un autre paradis. Je me souviens du temps passé avec toi et ton chien Josef,le berger allemand, à qui
    nous jouions . Merci aussi pour ton livre d ‘ heures … Dans lequel je cherche encore des réponses que toi seule connais
    Je me souviens aussi de tes tableaux de ta bonne humeur
    et de ton réalisme de la vie… Adieu Claude. Michel
    C’ était en 1982.

    J'aime

  24. Peu de temps avant son décès, François MORENAS (mon ami) m’avait demandé de poursuivre ses séances de cinéma en plein air .
    Depuis ,chaque année de mi-juillet au 15 Août en plein coeur du village de SAIGNON par des séances du cinéma qu’il aimait et souvent avec ses propres films nous entretenons (avec l’aide de sa fille) son souvenir, projetant des images souvenir en vidéo .
    Nous avons plaisir à rencontrer ceux qui ont connu, estimé et aimé Claude et François Morenas .
    Renseignements site mairie de SAIGNON ou « moisducinema.free.fr »
    Claude et François Morenas reposent à quelques métres de notre nouveau théâtre de verdure .
    C’est un peu de Regain qu’on retrouve en compagnie du fidèle Ralph .
    Bienvenue à tous les amis de REGAIN ( pas de prix d’entrée : comme du temps de François Morenas, et toujours la FETE DU CINEMA du 15 Août où on peut amener son repas, l’association offre la boisson !)
    Roger BESSON

    J'aime

  25. J’ai 76 ans et suis consommatrice depuis peu d’internet … Ce matin, j’ai pensé au Lubéron où je voudrais retourner et, tout naturellement, aux Morénas avec lesquels j’ai eu la chance de vivre quelques jours en été (en 1976 et 1977) avec des amies et ma nièce adolescente qui en garde, comme nous, plein de souvenirs très agréables !
    Je suis ravie de découvrir ce blog qui me rajeunit de plus de 30 ans ! J’avais appris la mort de François, mais pas celle de Claude, dont je relis et fais connaître, régulièrement, les poèmes.
    Je la revois, discutant avec moi et d’autres vacanciers, toujours avec un chiffon à la main, faisant luire ses vieux meubles qu’elle aimait tant …Et je suis triste ce matin …. Je pense à cette jolie petite fille, Frédérique, qui dansait toute la journée, j’ai su qu’elle était mariée et qu’elle était à Clermont ?
    Quant à François, je l’entends encore bougonner parceque l’on n’était pas à l’heure pour regarder son film dans un petit appentis près de la vieille maison toute en pierres …. je pourrais en écrire des pages de souvenirs de Regain !
    Je voudrais que tous ces souvenirs consolent un peu Frédérique qui avait des parents EXTRAORDINAIRES !
    Nous sommes si nombreux à n’oublier JAMAIS Regain !
    Je t’embrasse, Frédérique

    J'aime

  26. Chere Frederique je t ai retrouve enfin,nous etions ensemble a jeanne d arc,j ai connu tes parents et je suis desole du depart de ton cher papa.J ai tres envie de te retrouver.Je t embrasse Leone

    J'aime

  27. Bonjour,
    hier jeudi 6 septembre 2012 j’ai fait une reconnaissance avec 2 amies pour trouver le parcours de la chapelle d’Auribeau au Rocher (maisons en ruines magnifiques dont toutes nos autorités s’en souci pas du tout)et nous avons retrouvé les marques bleues de Monsieur Maurenas avec beaucoup d’émotion, voilà ce qui manque cruellement à notre temps des parcours plein de poésie !
    Malheureusement personne pour prendre le relais et surtout pas les autorités qui s’occupe des PR et des GR. le randonneur est relégué sur les pistes et les routes. Je déplore que tout le travail fait avec amour et poésie soit abandonné.
    Une randonneuse heureuse de sa découverte et d’avoir réussi !

    J'aime

  28. Nouveau dans le pays des aiguiers, j’ai pu trouver les guides de François et Claude Morenas, cet après-midi en compagnie de mon épouse nous nous sommes rendus grâce au guide  »LE PAYS DES AIGUIERS » » à la Chapelle de Saint-Pierre De Bagnols, sur la commune de Villars dans la Combe Saint-Pierre.
    Quel endroit merveilleux empreint de sérénité, de calme et de beauté, François et Claude méritent notre reconnaissance, nous sentons leur présence au détour des sentiers aux senteurs de thym, et nous avons aussi une pensée pour Giono et Bosco les grands évocateurs de ce si beau pays qu’est le Lubéron et ses alentours.
    Qu’ils soient tous remerciés pour le bonheur qu’ils nous donnent par leurs écrits, et par les émotions qu’ils nous transmettent, ils seront toujours présents à nos cotés.

    J'aime

  29. Que la vie est étrange … Je viens de découvrir ce site suite au décès de ma mère … Dans une petite boîte enrubannée de papier bleu, des lettres. Sur l’enveloppe contenant ces courriers un seul mot  » Regain ». Nous sommes en 1939, avant la déclaration de la guerre… et des tas de courriers signés François Morenas émanant de clair Mont. Et puis le journal …1939-1942 …  » Regain n’était beau que par tout le rêve qui l’avait entouré, je le comparais avec la rencontre du Grand Meaulnes et de cette fête inoubliable, une de ces richesses où l’on peut puiser toute sa vie durant … Je ne voudrais pas que tombe dans l’oubli les beaux jours de Regain » … et puis je tombe dans l’intime.
    Mais je comprends mieux cette engouement littéraire de ma mère pour Giono.

    J'aime

  30. Comme les plus récents contributeurs, c’est par une recherche aléatoire sur un homonyme de François , chercheur et physicien du côté de Clermont-Ferrand que précisément j’apprends la disparition de mon collègue créateur du GR 4 sur l’autre rive du Rhône. Je me souviens qu’ autour de 1960, nous nous étions rencontrés pour une seule fois, parce qu’il avait été invité par le Comité National des SGR pour la soirée annuelle, à présenter lui-même dans l’immense salle Pleyel un film concrétisant l’achèvement du GR4 Vaucluse et Basses-Alpes comme cela se disait à l’époque.
    Je me souviens ( à la manière de G.Perec) d’ une diffusion sur France-Culture (dont je dois posséder la cassette) d’un enregistrement du Pays d’ici en Luberon. Quel humour lorsqu’il évoque son père s’évadant par le rève des tranchées en 14-18!
    Oui chers Amis, évoquer la mémoire de François Morenas c’est retrouver enthousiasme, générosité, ouverture; dispositions d’esprit qui se raréfient dans notre quotidien.
    Le 6 mars 2016

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s