MAC #40 : Annie-Claude et Yann – Entre rêve et trop de réalité

Je me suis longuement posé la question du texte accompagnant les MAC que j’avais reçus d’Annie-Claude et de Yann.

Mais j’avais confiance. Je voulais laisser le temps se poser sur mes épaules, comme une main amicale.

Annie_le_brunJ’ai ainsi commencé à lire un livre qu’un copain m’avait récemment prêté. C’est un essai, écrit par Annie Le Brun, intitulé « Du trop de réalité » [Folio Essais n°444], dont les écrits naviguent semble-t-il entre poésie et essais littéraires.

Dès les premières lignes, on ressent la douce impression que cet ouvrage peut vous marquer. Peut-être profondément. Une étrange sensation d’appréhension vous saisit alors même que les mots lus se succèdent les uns après les autres et que leur sens résonne de façon persistante comme un écho primal à vos propres convictions.

Bref, pour l’instant, j’aime beaucoup.

On y lit par exemple cette citation de 1863 de Victor Hugo :

« Comme on fait son rêve, on fait sa vie ».

S’il y a bien deux personnes du monde blogUUesque auxquels j’ai immédiatement pensé à cette lecture, c’était [sincèrement] Annie-Claude et Yann.

Le MAC de Yann le montre bien : cet homme, ce bon p’tit gars est en quête. Il le montre là au beau milieu de toutes les directions qu’il peut aujourd’hui prendre, et pas que dans la Forêt Noire. Le MAC d’Annie-Claude est celui d’une femme, une sacrée bonne femme [héhé ;o) si tu me permets cette expression un peu familière, Annie Claude] qui nage aujourd’hui en plein rêve dans son paradis polynésien [regardez bien la photo, on y voit la trace du folklore local ;o)] tout en gardant ses pieds sur terre ferme [à Rangiroa précisément].

Mac40yannfortnoire Mac40annieclauderangiroaDeux personnalités fortes avec une certaine révolte intérieure qui sourd. Deux personnalités qui ne se ressemblent pas au premier abord mais que cette citation rapproche. En tout cas, selon moi.

Chacun, à sa façon, n’a pas tiré un trait sur son rêve, sur sa conscience sociétale et politique. Yann m’a apparu comme un être à devenir, qui se construit en se frottant avec son monde, naviguant entre son rêve et le trop plein de réalité. Annie-Claude, elle, a déjà accumulé la sagesse de la vie, de ses vies devrais-je plutôt écrire, entre son engagement citoyen [passé, présent et futur] et son rôle essentiel de transmission du savoir aux générations futures. Et chacun, j’en suis sûr, aurait pu être l’auteur de ce texte [écrit par Annie Le Brun toujours, op. cit.] :

« Avec le naturel de saisons qui reviennent, chaque matin des enfants se glissent entre leurs rêves. La réalité qui les attend, ils savent encore la replier comme un mouchoir. Rien ne leur est moins lointain que le ciel dans les flaques d’eau. Alors, pourquoi n’y aurait-il plus d’adolescents assez sauvages pour refuser d’instinct le sinistre avenir qu’on leur prépare ? Pourquoi n’y aurait-il plus de jeunes assez passionnés pour déserter les perspectives balisées qu’on veut leur faire prendre pour la vie ? Pourquoi n’y aurait-il plus d’êtres assez déterminés pour s’opposer par tous les moyens au système de crétinisation dans lequel l’époque puise sa force consensuelle ? Autant de questions qui me sont une raison de ne pas garder le silence, alors même qu’il serait difficile de dénombrer celles pour m’en dissuader. »

Hein dites ? Alors, pourquoi ?

Be cool, be open.

UU

ps #1: Feliz Año à toutes et à tous… avant la publication un jour [peut-être ;o)] de la note madrilène ! ;o)

ps #2: Pour ceux et celles qui ont pris comme bonne résolution en 2006 de me soumettre ou re-soumettre leur MAC, ben la bourriche à MAC est toujours au huuan@yahoo.com… ;o)

ps #3: Au rang des bons souvenirs, le précédent MAC d’Annie-Claude et le premier MAC de Yann !

8 commentaires sur “MAC #40 : Annie-Claude et Yann – Entre rêve et trop de réalité

  1. Bouquin écrit trop vite because trop de passion ?
    Annie le Brun a oublié de citer A.ZERTY quand il écrit ( in « N’importe Coa, heure par heure » ):

    – » Comme on fait sa grève on se douche » ( traduction approximative de l’azertyocraoate : comme on a la crève on se mouche)

    Décidément, même au pied d’une note sérieuse il faut que je fasse mon intéressant, et dès le début de l’année encore !

    M’en veux pas trop UU : le jeu de mal, ça me protège du mot.

    amications mac millanes et mac millnouvellannes

    dB

    J’aime

  2. Merci UU, compliments et toUUt.
    Non en fait je me sens flatté. Et par ton texte et par la citation que tu y juxtapose. Je me reconnais là dedans. tu es uhn précieux UU, qui voit les gens en peu de temps.
    La bise au 93

    J’aime

  3. Mazette!!! Tu débutes l’année fort, très fort… toi non plus tu n’as pas tiré de trait sur ton (tes?) rêve(s), n’est ce pas?

    J’aime

  4. Bravo. Et grand merci por avoir su aussi bien associer ces photos-MAC et ces textes.
    Un peu pressée là (en fait jusqu’à dimanche prochain). Je reviens faire un tour plus long la semaine prochaine.
    Très bonne année à tous 2, que vos projets deviennent réalité à votre tour. Hé hé ;o)

    J’aime

  5. Bonne à année à tous les deux, avec plein de projets réussis etc etc !
    Et si vous venez dans le sud, en hiver à la maison on mange de la daube de sanglier avec un bon rouge, en été des grillades et du rosé …

    J’aime

  6. Bourrique>> Oui oui oui !!! Tu peux même faire un MAC spécial rue d’Antibes [private joke cannoise] ;o)

    di Brazza>> Je te redemanderai ton avis sur ce bouquin quand je l’aurai fini. Je n’en suis qu’au début. Peut-être ne creuse-t-elle pas assez certaines questions… Mais je ne sais pas encore. Quant à tes jeux de maux, ils me font toujours un bien [ou un mal ?] fou. Si si.

    Yann>> UU le précieux ? Ah bon ? C’est gentil ça… Parce que la Bourrique, elle parle plutôt de UU le sournois [mais je précise que je n’arrive toujours pas à avoir sa recette de terrine]

    la mascotte franco-teuton-suisse>> J’en parlerai peut-être d’ici quelques mois… Ou sinon, je t’en parlerai off-blog un jour. Mais tu ne crois pas si bien dire. C’est une vraie question qui vaut la peine d’être posée.

    Annie-Claude>> De rien… tout le plaisir est pour moi. Si si. Vraiment.

    GuessWho>> Hmmm hmm… Je vais devoir y réfléchir sérieusement à une nouvelle escapade sudiste… ;o)

    J’aime

  7. Quand tu me re-demandera ton avis sur ce bouquin, UU, arrange toi pour que je l’ai lu entre temps !!!
    Je n’ai fait mon petitjeu d’émaux que pour jouer à la luciole de 19h05( qui n’a jamais rêvé de clignoter doucettement dans les heures les plus basses de la journée ? Hein ? Qui ?)

    Amications dévespérées

    dB

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s