Quelques merveilles en vins moelleux et vins doux naturels

Voilà bien longtemps que je ne vous ai pas parlé de vin… Rabroué je le fus récemment par Annie-Claude, amatrice au grand verre de Saint Emilion. Cette note va donc tenter de réparer cet oubli : partager avec vous les sensations sublimes de certaines dégustations que nous pratiquons de temps à autre avec douce Marie.

Verres_dgustation_vinAujourd’hui, la dernière dégustation de l’année (il y a quelques jours) avec des vins moelleux et des vins doux naturels (*). Le point de vue généralement admis est que ce genre de vins est consensuel : toujours agréables et faciles à boire. Personnellement, j’avais un a priori que cela n’allait pas forcément être extraordinaire. Certes, il paraît que Château Yquem se boit très bien… Pour revenir à notre dégustation, sur les onze vins dégustés, quatre ont plus que retenu notre attention par leur qualité ou par la surprise qu’ils nous ont réservée. On peut parler d’intenses moments de plaisir… Vous verrez aussi le prix des bouteilles, qui nous sont communiqués uniquement en fin de dégustation… pour ne pas perturber le palais. ;o)

Banyuls Grand Cru – Cuvée L’Etoile – 1947 (lien)
Robe : Rouge brique sombre, légèrement opaque
Nez : Noix, pruneaux d’Agen, rancio
Bouche : Cacao, café
Divers : Vieillissement en foudre (i.e. très grands fûts de chêne de plusieurs milliers de litres… pendant 40 ans. Mise en bouteille 10 ans avant mise en circulation.
Mon commentaire : Ce qui est merveilleux, c’est que certains arômes en bouche n’apparaissent pas immédiatement en bouche mais ne se révèlent que 2 ou 3 secondes après avoir avalé la gorgée… Merveilleux moment que de sentir poindre de façon totalement inattendue de persistants arômes tels que le café et le cacao, comme un ami de longue date qui vous fait la surprise d’une visite impromptue. Une des plus agréables longueurs en bouche à ce jour…
Accord mets : Terrible avec un fromage persillé (on avait de la fourme d’Ambert pour l’accompagnement : simplement divin).

Château Climens – Barsac – 1er Cru Classé – 1989 (lien)
Robe : Or brillant
Nez : Citron, miel, cire, encens, champignon (la pourriture noble du Botrytis Cyrenea…)
Bouche : Cédrat, balsamique, cire, légère et agréable amertume
Divers : Ne garde pour la vinification que l’équivalent de 3 pieds par grappe.
Mon commentaire : Un équilibre parfait entre amertume, acidité et sucre résiduel… Et ses arômes mélangés de cédrat et de balsamique (cire, encens) sont surprenants et enivrants à la fois…

Berthet Bondet – Vin de paille – 1999 (lien)
Robe : Ambré
Nez : Artichaud, pois cassé
Bouche : Noix
Divers : Vin du Jura (Château-Chalon précisément…)
Mon commentaire : J’imaginais l’accord parfait avec un gâteau aux noix ou même un foie gras poêlé, nous a-t-on dit… Hmmm… Et ce coeur d’artichaud qui n’arrêtait pas de poindre son nez en dehors du verre, quel plaisir !

Fonseca Guimaraens – Porto Vintage – 2000 (lien)
Robe : Rouge noir à coeur
Nez : Cerise noire, confitûre de mûre, notes empyreumatiques (i.e. de grillé), cannelle
Bouche : Tous ces arômes sentis en nez, avec une impression écrasante de grande complexité, une très bonne structure porté par une agréable acidité
Divers : Très rare à trouver
Mon commentaire : On a du mal à se remettre à boire un porto après ce genre de dégustation. C’est comme une paire de claques qui vous réveille en fin de dégustation
Accord mets : Chocolat à l’orange (ne serait-ce qu’un petit carré comme on en a eu en dégustation ce soir-là, et c’est l’extase). Sinon, servi sur un grand gibier comme du sanglier avec un accompagnement sucré-salé, paraîtrait que c’est aussi l’extase.

Bon j’arrête là, mais je suis sûr que ça en fera saliver quelques-uns. Bonne soirée ! ;o)

Be cool, be open (the bottle).

UU

Prix des bouteilles (dans l’ordre de la présentation) : 100 Euros, 80 Euros, 27 Euros, 100 Euros… Aargh… En tout cas, ces soirées de dégustation auxquelles on assiste permettent de toucher du bout des lèvres des bouteilles exceptionnelles qu’on aurait quelques difficultés à se procurer !

(*) Grosso modo, la différence entre les deux termes provient du fait que l’on arrête pas artificiellement la fermentation du vin moelleux et que pour les vins doux naturels, on arrête artificiellement cette fermentation du raisin par l’ajout d’une eau de vie ou d’un autre alcool. Vous pouvez me reprendre si j’ai écrit une énorme bêtise…

16 commentaires sur “Quelques merveilles en vins moelleux et vins doux naturels

  1. avant tout merci pourr ton commentaire d’hier soir, un beau partage, auquel j’ai répondu
    j’aime les bons vins et dans ma cave quelques bonnes bouteilles (grandes) sont dorlotées,
    tu me fais saliver avec ta dégustation
    moi j’aime partager avec ceux qui apprécient ces nectars divins, je me souviens d’un Petrus, j’en ai les papilles en émoi…
    bonne soirée

    J’aime

  2. Oh de rien. Plaisir partagé, ludecrit. ;o)

    Quant aux grands vins et au vin en général, tu as raison qu’ils ne se boivent pas en solitaire. 2 est un minimum et il y a parfois (avec les grands vins) un maximum comme tu l’écris : le partager avec ceux qui l’apprécient. Ces derniers n’étant pas forcément ceux qui s’y connaissent ou qui se disent *savants*. C’est un partage justement et une bonne compagnie s’impose pour que ce partage soit riche d’échanges.

    A ne pas confondre avec une forme d’élitisme de ma part. Un jour, j’ai commencé et j’ai été totalement novice. Je le suis encore certainement, mais peut-être moins qu’avant !… ;o) D’ailleurs, la modestie et l’humilité sont de grandes qualités de dégustateur selon moi… Mais c’est un tout autre sujet…

    Ah Petrus, non pas encore… Quel nom magique !

    J’aime

  3. UU tu m’as donné envie… Mais est-ce bien raisonnable d’ouvrir ce Cheval Blanc 76 ? Oh et puis oui. Fernand fais gaffe au bouchon.
    – Voui patron.
    – Bien mon bon, je t’autorise à le sucer. Mais je rigole… Oh lalalala va chercher deux verres.
    – Et des glaçons ?
    – j’en peux plus.

    J’aime

  4. hips
    hic
    sic

    « Sic>> Faut pas m’en vouloir. Je suis joUUeur. C’est quoi la *vraie* réponse ? »
    :-)) Ta réponse est in vino veritas?

    Il manque un tokay à ta liste…
    Bien vu « tu as raison qu’ils ne se boivent pas en solitaire », j’ai entendu un joli terme: « vin de conversation ».

    Exercice:
    Dessiner un garp.

    J’aime

  5. Hrundi>> Tant que Fernand ne boit pas son vin avec du coca… ;o) Fais lui une bise sur le front quand même.

    Merry>> A la Huff, ça donne arf arf arf ou encore wouaah aaah aaah. Comment dire, plus gras, plus grave qu’un élégant ahahahah, voyez-vous ?

    Sic>> Bien senti ! Il y en a eu ce soir là, du Tokaji hongrois, 5 Puttonyos même. Mais bof, manque de longueur en bouche celui qu’on a goûté.
    Quant à dessiner un garp… Faut que je boive plus. ;o)
    Au sujet de ton apparition récente parmi nous, WELCOME dans une *famille* Adamsmondoblogosphérique un peu décalée ! On ne mord pas (sauf le doc Huff de temps en temps). Reviens donc fôlatrer quand tu veux… On te voit le 18 août à Montcuq ? ;o)

    J’aime

  6. à tous
    je vous conseille un tokay pinot gris grains nobles si vous venez en Alsace
    un vendanges tardives peut faire l’affaire aussi…

    mais sans glaçons Hrundi !!!

    J’aime

  7. « drille, joyeux drille
    compagnon de la dive bouteille »

    … si maintenant on boit par procuration sur les blogs, maintenant! L’alcoolisme me guette sérieusement!

    :o)

    J’aime

  8. « On te voit le 18 août à Montcuq »
    …sais pas si on me laisse sortir… je suis avec les pas dangereux, mais quand même…
    si je suis en France, oui.

    Ton accueil, l’invitation, ze blogfamille: le langage est peut être la peau, l’esprit alors est la chair.
    (quand je suis émue je réfère à Barthes, ça calme)
    oh euh wow skhiodfriogpma uu jckelx hrund dvc ueirc dochupffftt zmme?!
    (et quand je suis très touchée je parle un dialecte préjabberwocal du sud-ouest)

    « On ne mord pas (sauf le doc Huff de temps en temps) »
    Est-il est vacciné contre la rage? Si oui, la quelle?

    J’aime

  9. doc Huff: vacinné contre la rage de tourner en rond… Bon sauf, quand il s’absente comme actuellement, sans coup férir. En tout cas, moi, ça ne me fait pas rire de ne plus l’entendre pendant des jours et des jours.

    J’aime

  10. « Marquer la page » et hop!

    Je dois doubler tous mes youu-s?

    Je m’exerce:
    Un seuul être vouus manquue et touut est dépeuuplé?
    Bathos a viré pathos, tu es sûr pour Alphonse?

    😉 je reconnais qu’il est très important de savoir préserver tous ses UU dans la vie.

    J’aime

  11. encens>> Euh ben c’est à dire que… normalement, je prévoyais d’en dire plus sur les vins et leurs fabuleux arômes. Mais bon le temps m’a manqué pour décrire les dernières dégustations que j’ai pu faire depuis… 2005. ;o)

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s