Au Pigeon Soldat…

Surfeurs invétérés de la blogosphère, je suis sûr que vous m’avez vu poster récemment un commentaire sur l’un des plus grands champions de demi-fond belge… à la course au pigeon (si non, cliquez et cherchez un de mes commentaires).

Au_pigeon_soldatIl m’a tellement fait réfléchir, ce gars qui passe sa vie à entraîner les pigeons que j’ai immédiatement pensé à cette photo que j’ai prise à Bruxelles en novembre dernier. Un monument aux morts, mais pas n’importe lequel : Un hommage solennel de l’Etat au Pigeon Soldat… Glrrhhpp, hmpfff. Non, ne rigolez pas. No joke behind this. On rend aussi hommage aux colombophiles (dont je ne suis pas). Si si, agrandissez l’image et lisez vous-même.

Bon, en attendant, ça ne résoud pas cet énigme que je vous soumets maintenant : Pourquoi les belges ont cette affinité avec les pigeons ?

C’est fou, non ? Car les italiens les détestent au point de planter partout à Venise des pics qui sont autant de baïonnnettes colombophobes. Et les parisiens s’en moquent éperdument, au point de les étouffer avec la pollution urbaine et de faire muter leur patrimoine génétique pour des siècles et des siècles.

Be cool, be open.

UU

Publicité

9 commentaires sur “Au Pigeon Soldat…

  1. Cher UU,
    Tu veux des explications?
    Des gens sur place te parlent -et en direct-des pigeons… mais ATTENTION des pigeons belges uniquement ;-Þ
    Même si, entre nous, Londres sans les pigeons de Trafalgar ou de St Paul, n’est plus Londres…
    Bref, toujours est-il qu’en Belgique, le WE à la radio, des flashs d’informations pour les colombophiles donnent des précisions quant aux différents lancers avec cette phrase devenue mythique par ici, « à… (pourquoi pas Aywaille?) les convoyeurs attendent! ». C’est d’ailleurs devenu le titre d’un film de Benoit Mariage avec le fameux Benoit Poelvoorde.
    En conclusion, en Belgique, plutôt que de laisser nos pigeons détériorer les bâtiments publics, on les éduque, on organise des concours… pour les faire voyager à travers le monde entier… par exemple Paris ou Venise ;-Þ C’est la façon qu’a trouvé un p’tit pays d’envahir le monde!

    J’aime

  2. L’autre jour j’ai amené la p’tite voir « Vaillant, pigeon de combat » un dessin animé qui raconte une histoire de pigeon qui font la guerre, pan pan, prout prout, arghh je suis touché, bref, rien de bien passionnant. Or, on apprend à la fin que les anglais ont décoré en tout une cinquantaine d’animaux après la seconde guerre mondiale, des chats, des chiens, des ornithorynques (ah non, p’têt’ pas des ornithorynques) et des pigeons justement, qui ont reçu une trentaine de médailles, ce qui fait d’eux des soldats d’élites, dévoués à la cause nationale et prêts à tout pour pouvoir balancer plein de guano sur les méchants. Dingue.

    J’aime

  3. Meuh non, je vous traite pas de pigeons. C’est quand même surprenant ce monument à Bruxelles. Bon, faudra me rattraper sur les belges. Y a comme qui dirait une petite tension frontalière à Aywaille depuis qq heures. ;o)

    Dr. Huff.>>Merci pour la critique ciné de la semaine. Je comprends mieux maintenant pourquoi on porte des casques durant les guerres. Dingue.

    J’aime

  4. Dans le nord de la France, y a pleins de colombophiles (rien à voir avec Peter Falk) qui font des courses, des compétitions, avec des médailles et des coupes. J’avais un grand-oncle (mon onc’Albert qu’il s’appelait) qui avait des étagères remplies de coupes, un truc de ouf ! Avec des pigeonniers pleins de pigeons d’élites, c’était sympa. Et un jour, il a donné un pigeon qui n’avait qu’une seule aile à mon grand-père, et on l’a appelé Arthur, mais en fait, Arthur pondait des oeufs, alors on l’appelait quand même Arthur, et il suit partout mon grand-père dans son jardin, euh, non, en fait, mon grand-père n’a plus de jardin, alors il ne le suit plus partout. La prochaine fois je vous parlerai de mon lapin (Jeannot le lapin) qui a disparu, mais qu’en fait il a été mangé. Dingue.

    J’aime

  5. Ce soir, avec ma douce Marie, on revient d’un dîner romantique à Paris intra-muros. On a délicatement dépecé un pigeon farci au rable de lapin. J’espère que ce n’était pas les tiens, Dr. Huff ?! Sinon, je n’aurais eu qu’un mot en bouche : Dingue.

    J’aime

  6. Chère cellb15,
    C’est une question de saison, tout simplement. Mais promis, une pincée hispanophone bientôt sur ce blog et la parité européenne sera assurée. ;o)

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s